7 façons de financer ses voyages, en voyageant

Il me semble qu’il existe 3 types de voyageurs au long cours : ceux qui ont longuement économisé pour réaliser leurs rêves, ceux qui arrivent à dépenser cacahuètes et à faire quelques petits boulot à l’étranger et ceux, qui comme moi, ont des projets professionnels, en freelance ou non, et qui voyagent tout en travaillant. Voici un article un peu spécial aujourd’hui. Ecrit par Joelaindien et commenté par Kalagan : vous y découvrirez 7 idées à creuser pour financer vos voyages depuis l’étranger, tout en voyageant.

Financer son voyage

Prendre une année sabbatique pour faire un voyage autour du monde et accumuler les meilleurs souvenirs de vacances possibles… qui n’en a jamais rêvé ? Il faut pourtant revenir à la dure réalité. Un voyage autour du monde vous reviendra difficilement à un prix inférieur à 10 000 € pour un couple ou 6 000 € pour une personne seule, car il faut intégrer les billets d’avion, les vaccins, visas et autres accessoires de voyage. Et encore, il faut doubler ce coût si vous voulez vraiment en profiter en bougeant beaucoup et en passant du temps aux Etats-Unis, en Australie ou au Japon. Voici quelques idées qui vous permettront de financer votre voyage, une fois sur place.

L'avis de Kalagan

Même en respectant les très bons conseils de mon ami blogueur Fabrice, en voyageant avec 20 euros par jour, on atteint quand même du 7300 euros pour un voyage d’un an, sans compter les billets d’avion. Je me rappelle d’un très bon article sur le site du Routard, qui selon un sondage, annonçait qu’un voyage au long cours d’un an coûtait entre 3000 et 20000 euros par personnes. Et oui, faire le touriste à l’autre bout du monde, ça coûte cher mais avez-vous déjà compté combien vous dépensiez annuellement en France ?

La plupart d’entre nous vont économiser plus longtemps pour se payer le voyage, alors qu’il existe une autre alternative : gagner de l’argent au long de votre périple, quitte à le rallonger car au moins vous serez en plein dedans !

1: Enseigner le français

Probablement la plus lucrative des façons de gagner de l’argent en voyage, pour autant que vous ayez quelques capacités d’enseignement. Et la demande est forte dans beaucoup de pays pour apprendre notre langue.

L'avis de Kalagan

Le traditionnel pessimisme français fait dire à certains de mes interlocuteurs  que la France et la langue française sont en voie d’extinction – j’exagère volontairement – et que son influence mondiale diminue. Ce n’est ni mon avis, ni celui des experts : il y a plus de 220 millions de francophones dans le monde et certains spécialistes estiment qu’en 2050, il y en aura 715 millions (voir ce chapitre sur Wikipédia). Ce qui correspond à un quadruplement du nombre de francophones en un demi-siècle, pour une augmentation de 50% de la population mondiale. Alors oui, les professeurs de français à l’étranger ont de l’avenir.

Carte de la francophonie et de l'OIF

Carte de la francophonie et de l’OIF (cliquez pour agrandir)

Par contre, en tant que formateur dans les Alliances françaises, je connais la réalité des salaires des professeurs à l’étranger, et ce n’est pas mirobolant. Travailler en tant que professeur de français est bien sûr très enrichissant humainement, et c’est d’ailleurs même une fierté que de transmettre le français à des élèves étrangers, mais c’est de loin un moyen de « faire le plein » en voyage.

2: Devenir un journaliste Freelance

Un autre bon moyen de gagner de l’argent est de continuer ce que vous faites d’habitude, mais en freelance. Ainsi, si vous êtes un graphiste, un web designer, un traducteur, c’est tout bon pour vous.

L'avis de Kalagan

Si vous êtes freelance et que vous avez déjà un carnet de clients, c’est très intéressant d’aller voyager dans des pays où le coût de la vie est moins chère. Vous serez payé avec un euro fort dans un pays où la monnaie est plus faible. C’est un des gros avantages d’un nomade digital. Concernant le métier de journaliste, il faut déjà avoir un gros carnet de contact, ce qui est une vraie difficulté dans ce métier.

Mikaël en interview à Coatepeque

Mon associé Mikaël, en plein interview gratuit pour VDN à Coatepeque, au Guatémala


3: Faites profiter les autochtones de vos compétences

Vous pouvez vous faire embaucher ponctuellement pour des compétences demandées dans les pays étrangers : charpentier, réparateur d’ordis, cours de plongée, de photo, import/export…

L'avis de Kalagan

J’ai rencontré plusieurs voyageurs qui travaillaient de manière ponctuelle en dispensant des ateliers artistiques, de gastronomie, d’éveil pour les enfants, en faisant des concerts… Il m’est aussi arrivé de rencontrer des tatoueurs ou des profs de plongée. Je sais que pour trouver ce genre de postes, il faut beaucoup démarcher, avoir de bons contacts et parler correctement la langue locale. Ce n’est pas l’eldorado mais c’est à mon avis un bon moyen de voyager dans des destinations touristiques et paradisiaques.

4: Pourquoi pas faire des ménages ou de la garde d’enfants au pair ?

Si cela ne vous dérange pas de rester un bout de temps au même endroit et d’avoir vos horaires dictées par quelqu’un d’autre, ces jobs sont faits pour vous. Dans certains pays, le fait de parler français comme langue maternelle peut être un réel atout (Etats-Unis, Angleterre, Australie…)

L'avis de Kalagan

Je ne connais pas du tout ce genre d’activités, mais je pense qu’il faut à l’avance prendre contact sur internet pour définir correctement les modalités. Cela doit être un bon moyen de faire un voyage immersif.

5: Travailler dans une ferme

Parfois, la chambre et la nourriture sont fournies. Alors si vous ne rechignez pas à la tâche, c’est parti !

L'avis de Kalagan

Je n’ai jamais pratiqué le woofing, mais j’ai quelques amis français qui l’ont fait. J’ai pû récolté de bons et de mauvais témoignages. Mon conseil : bien vous renseigner sur les conditions de travail avant de vous lancer dans l’aventure.

Ferme biologique au Brésil

Exemple de ferme biologique brésilenne qui pratique le Woof

6: Faire du démarchage

Si vous êtes bon commercial, certains hôtels, restaurants, tours opérateurs sont friands de personnes parlant la même langue que les touristes pour se démarquer dans ces secteurs très concurrentiels. Vous serez payés à la commission. Vous pouvez aussi trouver un job pour répondre aux e-mails, travailler dans un réception, traduire des menus…

L'avis de Kalagan

Chercher un boulot sur place en mettant en avant sa pratique du français… Pourquoi pas ? A mon avis, cela demande tout de même de bien savoir se vendre et d’avoir un CV mis à jour.

7 : Créer son business basé sur Internet

Cela vient en dernier car il faut du temps pour le mettre en place et il est souvent un peu tard quand on prend la décision de partir en voyage autour du monde, mais cela reste une possibilité intéressante car désormais rares sont les endroits qui n’ont pas un accès internet. C’est du travail au début, mais ensuite cela n’exige plus que de la maintenance et des mises à jour, c’est-à-dire beaucoup moins de temps qu’il n’en faudrait avec un « vrai » travail sur place.

L'avis de Kalagan

C’est aujourd’hui ma situation : je gère mes activités sur internet tout en voyageant. Par contre, ne vous méprenez-pas : cela demande beaucoup de travail et d’organisation. Il faut un certain temps pour dégager les revenus nécessaires à déléguer une partie de son travail, et ainsi se libérer du temps. Monter une activité sur internet qui ne nécessite plus que de la maintenance et des mises-à-jour, cela prend plusieurs années. Mais si c’est votre objectif, vous êtes au bon endroit, car c’est aussi le mien ! Je vous invite donc à suivre mon blog afin de profiter de mes conseils pour travailler sur internet et voyager.