(Ré)apprendre l’espagnol gratuitement en faisant des rencontres

Si vous prévoyez de voyager en Amérique latine ou dans tout autre partie hispanophone du monde, débarquez avec de bonnes bases d’espagnol est un gros avantage. Les rencontres, l’approche de la culture, le regard des locaux, l’organisation de votre voyage, les perspectives et opportunités sur place… Cela change du tout au tout. Je vous fais part aujourd’hui des bons conseils de Mikaël (mon pote journaliste de VDN.) pour (ré)apprendre l’espagnol gratuitement. Voici donc ce que vous devriez faire avant de partir en voyage en terres hispanophones pour ne pas devoir y parler anglais.

Réapprendre l'espagnol gratuitement

Histoire de se remettre un peu dans le bain, si possible en s’épargnant de ressortir les vieux manuels scolaires empoussiérés, nous vous proposons une série d’idées pour vous (re)familiariser avec l’espagnol, langue majoritaire d’Amérique latine. Vous pourrez ainsi préparer linguistiquement votre voyage… sans dépenser un sou et en faisant des rencontres. Tout bénef !

Contacts francophones

Au rayon des sites très recommandables, Contacts francophones (dont Voyageurs du Net vous a causé ici). Ce site gratuit met en relation des francophones « natifs » et des francophiles du monde entier. Échange de bons procédés, il permet à ces derniers de pratiquer le français et d’en apprendre plus sur les divers aspects de la culture française. Il peut permettre aussi aux francophones « natifs » qui préparent un voyage en Espagne ou en Amérique latine de pratiquer l’espagnol, chacun répondant dans la langue de l’autre – le perfectionnisme pouvant parfois pousser jusqu’à se corriger réciproquement. Pour écrire, d’ailleurs, le dictionnaire en ligne de Word Reference est d’un précieux secours pour les allers-retours français/espagnol.

Si l’écrit est une chose bien pratique, il ne constitue qu’une première étape. La pratique orale d’une langue permet en effet de réaliser l’écart entre la théorie désincarnée et l’usage quotidien : inflexions, accents, élisions, ellipses, tout ça, tout ça. De fait, rencontrer des inscrits à Contacts francophones, par exemple, peut être une bonne solution, après quelques premiers échanges.

Les cafés des langues

Affiche d’un “café des langues” organisé par l’Université de Toulouse.

Le principe consistant à se rencontrer pour pratiquer une langue a donné naissance aux “cafés des langues”. On en trouve un peu partout – et, contrairement à ce qu’on pourrait croire, pas seulement dans les très grandes villes. Ainsi, en tapant “café des langues” dans Google, on trouve des sites signalant de telles initiatives au Havre, à Dunkerque, à Bourges, entre autres. Pour trouver, c’est simple : tapez “café des langues” + le nom de votre ville (ou de la grande ville la plus proche, si la recherche est infructueuse). La démarche est chouette, qui joint l’utile (pratiquer une langue) à l’agréable (la convivialité).

Apprendre l’espagnol auprès d’institutions publiques, privées… ou au sein d’une association militante

Si vous souhaitez un encadrement pédagogique sérieux et que vous avez un peu d’argent à y consacrer, les cours de langue sont toujours bienvenus, surtout pour ceux qui partent de zéro. Diverses solutions existent, notamment les cours particuliers, bien sûr. Mais certaines municipalités permettent d’accéder à des cours de langue. C’est, par exemple, le cas de la Mairie de Paris, grâce à laquelle il est possible de suivre des cours de langues (voir ici). Inscrivez-vous tôt (ou tentez…), car les places sont bien moins nombreuses que les intéressés.

L’institut Cervantes

L’Institut Cervantes, équivalent hispanophone du réseau des Alliances françaises, est une autre solution, institutionnelle, pour apprendre l’espagnol.

Pour ceux qui disposent de bases, mais qui les ont quelque peu oubliées, YouTube peut s’avérer un outil très pratique pour se familiariser de nouveau avec les prononciations et les accents.

Pour se formaliser avec des questions plus politiques, sociales, économiques et culturelles, il est évidemment très conseillé de lire, mais les intéressés le savent déjà fort bien. Mais les conférences, expositions, projections de films et débats sont également très bénéfiques. Pour cela, diverses associations et institutions sont fort utiles.

France Amérique Latine

France Amérique Latine (“Fal”, pour les intimes) est une association de solidarité entre la France et l’Amérique latine (et les Caraïbes), politiquement à gauche et, de fait, proche des mouvements socialistes latino-américains, ainsi que des mouvements indigènes. L’association a des comités dans plusieurs villes de France, de Bergerac à Champigny-sur-Marne, en passant par Martigues, Bordeaux ou Gentilly. A Paris, sont organisées des séances bihebdomadaires de discussion en espagnol. Par ailleurs, l’agence FAL Voyages, qui est liée à l’association, propose en outre des voyages linguistiques en Amérique latine ou en Espagne.

Les institutions culturelles latino-américaines

Les Parisiens gagneront à suivre les activités proposées par la Maison de l’Amérique latine, qui organise elle aussi expositions, conférences, voire concerts. Son équivalent existe aussi à Bruxelles, dont le cadre est moins guindé (et le site Internet, à son image, chaleureux et un peu fouillis), mais dont l’intérêt n’est pas moindre. En outre, la Maison de l’Amérique latine de Bruxelles a l’intérêt de proposer aussi des cours de langue… et de danse. Signalons aussi, au risque de nous éloigner un peu de la question de la langue, la Maison du Chili ou le Centre culturel mexicain, à Paris.

Ces diverses institutions disposent d’une page Facebook : si vous avez un profil, inscrivez-vous pour suivre les actualités de chacune. Les événements y organisés y sont souvent très intéressants (et gratuits) et les personnels très chaleureux.

Nous vous conseillons aussi de vous intéresser aux jumelages : beaucoup de villes françaises sont en effet jumelées à des métropoles latino-américaines. C’est ainsi le cas de Paris, bien sûr (Santiago du Chili, Mexico), Toulouse (Buenos Aires), Bordeaux (Lima) : il existe peut-être, dans ce cadre, des programmes de coopération internationale ou d’échange. Si, d’ailleurs, vous obtenez là des renseignements susceptibles de profiter à d’autres voyageurs, n’hésitez pas à les communiquer en rédigeant un commentaire.

Cet article n’est, évidemment, pas exhaustif : vos conseils sont donc les bienvenus.

L'avis de Kalagan

On ne nous cesse de répéter qu’apprendre l’espagnol, c’est facile pour les francophones. Que nenni ! C’est bien sûr plus facile que d’apprendre l’arabe, le russe ou le japonais. Atteindre un niveau correct demande du travail et du temps. Avant de partir en Amérique latine, j’ai pris quelques cours d’espagnol à Bruxelles (les cours à l’IEPSCF sont vraiment pas cher). J’ai aussi ma botte secrète : les groupe Couchsurfing. Dans la plupart des grandes villes francophones du Monde, il existe des groupes pour parler l’espagnol. Et dans les pays hispanophones, il existe des groupes parler le français. C’est un peu le même principe que les cafés des langues. On rencontre des personnes avec qui on disucute en espagnol et en français. Ala différence qu’on rencontre également de nombreux voyageurs.

Et vous, chers lecteurs, quelles sont vos astuces pour vous remettre à jour en espagnol avant vos voyages ?