Bloguer pour voyager : la mauvaise façon de monétiser un blog

“Gagner 9000 euros avec un blog de voyage… rien que la première année”. Voici le titre de la première des 4 vidéos de pré-lancement  de la formation Bloguer pour Voyager, de Ryan du blog lesacados.com. Nous avons eu l’occasion d’échanger plusieurs fois ensemble ces dernières années et nous nous sommes loupés de peu l’été dernier quand je suis rentré en Europe. Ryan m’a demandé mon avis d’expert concernant sa formation : le voici. Avec la formation “Bloguer pour voyager”, vous apprendrez les bases pour créer votre blog de voyage. Mais vous n’apprendrez pas à le monétiser…

Bloguer pour Voyager

Les inscriptions à la formation sont fermées depuis dimanche dernier, mais bon, on peut pas toujours être dans les délais :). Au moins, je pourrai dans cet article être 100% objectif (aucun lien d’affiliation n’est présent dans cet article).

J’ai commencé à bloguer en 2009. Je suis indépendant depuis 2011 et reconnu comme un nomade digital (j’écris d’ailleurs cet article depuis la Colombie). Je tire mes revenus de plusieurs sites internet et de prestations de webmaster, dont certaines avec plusieurs blogueurs dans le domaine du voyage. Cette formation serait donc destinée à devenir également un nomade digital : à bloguer pour voyager.

Sur la forme, “Bloguer pour Voyager” est une formation d’une rare qualité

J’ai suivi pas mal de formation vidéo en ligne et la première réaction face aux vidéos de Ryan : Waaaoouuhh !  C’est pro ! On sent la touche “David Jay” ! C’est travaillé dans un mini-studio, avec un prompteur, les vidéos sont accompagnés d’animation Powerpoint de très bonne qualité. Ryan paraît comme le voyageur parfait. Il est beau gosse, il parle bien, il sourit, il motive… C’est très agréable à regarder. Sur la forme, rien à redire. C’est un très bon travail.

screenshot-bloguer-voyager

Sur le fond, vous apprendrez à créer votre blog de voyage (et à le monétiser ?)

Le message est clair : Ryan va vous aider à monter un blog de voyage qui vous permettra de financer vos vacances, vos voyages ou votre tour du monde : brainstorming initial, choix du nom du blog, du nom de domaine, du template, définition de la ligne éditoriale (de niche si possible), installation de WordPress, premiers articles, premiers articles invités, premiers commentaires dofollow, stratégie de référencement dans les moteurs de recherche… Classique. Il faut le savoir : c’est une formation qui vise clairement les débutants. Elle me rappelle d’ailleurs mon module “Créer un blog” que j’ai enseigné dans les Alliances Françaises. Concernant la promesse de départ, Ryan focalise la stratégie de monétisation d’un blog sur les articles et liens sponsorisés (ce qui est le grand problème de sa formation – j’y reviens dans les derniers chapitre de cet article). Il en fait l’appât de sa formation, la carotte marketing qui fait passer à l’action. Pourtant, cette stratégie de monétisation n’est pas du tout la bonne.

Voici la liste des modules de la formation Bloguer pour voyager :

Module 1 : les bases indispensables pour bien concevoir son blog

Ryan explique à ses clients ce que j’appelle pour les différents projets sur lesquels j’ai travaillé la phase de brainstorming. Choix de la thématique, des mots-clés principaux, étude de la concurrence et choix des catégories de son blog. C’est assez court mais les phases principales du brainstorming y sont quasiment toutes abordées, à part celle de la monétisation qui devrait pourtant être centrale. Par exemple, les catégories et la ligne éditoriale devrait être définies dès le départ par rapport aux produits ou services qui peuvent y être rattachés.

Il manque aussi un conseil que me semble primordiale : comment se démarquer de la concurrence ? Cela devrait être la règle numéro 1 ! Avec tous les blogs de voyage que l’on trouve sur internet, il est indispensable d’être différent, sinon, on se noiera forcément dans la masse…

Module 2 : installer son blog et les outils indispensables pour devenir un blogueur phare

Ryan y présente la création d’un nom de domaine, l’achat d’un hébergement perso sur OVH, l’installation de WordPress, le choix et l’installation du thème graphique. La majorité de ce module est filmé via l’écran comme un tutoriel. C’est assez complet et il y a quelques bons conseils, notamment la configuration de WordPress SEO by Yoast.

Module 3 : créer du contenu qui va plaire aux lecteurs et à Google

Dans sa formation “Bloguer pour Voyager”, Ryan explique quel type d’article fonctionnent bien (article “liste”, “tutoriel” ou “choc”), comment choisir le mot-clé principal de l’article (avec Google Keyword Planner), comment choisir un bon titre ou comment utiliser l’éditeur de WordPress. Il y a là de bons conseils, mais encore une fois, rien n’est porté sur la monétisation. Un trafic qui n’est pas ciblé sur un produit ou un service ne vous servira qu’à augmenter vos statistiques, votre audience, vos fans Facebook mais ne vous apportera pas de chiffre d’affaire.

Module 4 : promouvoir son site et ses articles

Ryan aborde dans ce module la stratégie d’acquisition de trafic. Référencement dans les annuaires, dans les forums, commentaires dans la blogosphère, échanges de liens… Certains de ses points sont indispensables en effet, mais nécessitent un énorme travail. Notons que Ryan propose d’utiliser Alexa ou SEMRush pour analyser les backlinks de ses concurrents. C’est une très bonne technique utilisée par les référenceurs, certes fastidieuse, mais qui apporte de bons résultats quand elle est utilisé intelligemment.

Module 5 : gagner de l’argent avec son blog et partir voyager

L’appât du gain, et c’est bien connu en webmarketing, est un levier puissant pour réaliser des ventes. C’est d’ailleurs un des principaux leviers de vente qu’utilise Ryan dans sa formation Bloguer pour Voyager. 2 points sont traités : la vente de liens ou d’articles sponsorisés et l’obtention de “bons plans voyage” (c’est à dire échange de visibilité contre des nuits d’hôtels par exemple). Mais voilà : toute bonne chose a une fin et ces techniques de monétisation sont depuis le début  2014 en très forte baisse…

La monétisation des liens sponsorisés est vouée à disparaître (c’est peut-être déjà le cas)… Vous ne pouvez plus focaliser votre stratégie de monétisation sur les liens sponsorisés, au risque de perdre votre lectorat !

Google lutte depuis plusieurs années déjà contre les liens sponsorisés. Après la mise en place de plusieurs algorithmes, les ingénieurs de Google ont très bien compris qu’il était très difficile, voire impossible, de repérer efficacement et automatiquement les articles et liens sponsorisés. Des équipes de Google France vérifient donc manuellement des sites internet et s’ils s’aperçoivent qu’ils vendent des liens, ils les pénalisent. On appelle cela une action manuelle de type “Liens sortants factices”. Résultat d’une pénalisation : PR0 et baisse de trafic d’au moins 50%, voire plus de 70% si les liens ne sont pas retirés rapidement. Et si la pénalité est retirée après une baisse de trafic, tous les témoignages que j’ai lus affirment qu’il est très difficile de récupérer son trafic d’antant. Beaucoup préconisent carrément dans ce cas de changer de nom de domaine !

Depuis l’histoire de Buzzea, de nombreux blogs de voyage sont tombés. Dans mon réseau, c’est au moins 10 blogueurs qui ont été concernés. Ils ont vu leur PR passer à 0 et ont dus fastidieusement retiré tous leurs liens sponsorisés (ou les mettre en nofollow). J’ai l’impression que l’équipe de Google France opère une fois par mois, le vendredi. A chaque fois, des dizaines de blogs sont concernés.

Les annonceurs ont pris conscience de ce virement (certains sont tout de même à la traine par incompétence) et changent de stratégie. On peut espérer qu’ils continent à travailler pour des tarifs moindres avec des liens nofollow ou des posts sponsorisés sur les réseaux.

A moins d’avoir un trafic très élevé, il est donc indispensable pour monétiser un blog d’avoir une stratégie entrepreneurial. C’est à dire, vendre des produits ou des services. C’est la base de l’entreprise et la blogosphère n’y échappera pas. Sans cela, vous rentrerez rapidement de votre voyage… Etudiez le marché américain et vous le comprendrez rapidement. Cela modifie donc dès la conception d’un blog la phase de brainstorming et l’étude du marché. A mon avis, mais je suis peut-être un peu dur, seuls les blogs qui commercialisent des produits et services pourront survivre à cette prise de décision de Google, qui investit bien évidemment dans la lutte contre les liens sponsorisés car ils représentent une concurrence directe à leur principale source de revenu : Google Adwords et Google Adsense. C’est d’ailleurs ce que fait Ryan, en vendant des formations…

Peut-on vraiment blogueur et voyager ?

Ryan dit dans un de ses vidéos qu’on peut “gérer son blog sans ordinateur portable”, “depuis des cybercafés” ou “depuis une tablette ou un smartphone”. N’exagérons rien ! Bloguer est une activité très chronophage. Encore plus quand on est débutant, qu’on ne maîtrise pas les outils qui permettent d’être productif et que l’on a pas optimisé et automatisé ses processsus de travail. Imaginez vous la galère dans un cybercafé au Burundi, avec une connexion de 0.5 Mbits/s et un clavier qwerty (c’est du vécu) ! Tous les blogueurs voyageurs que je connais qui génèrent au moins 500 euros de CA voyagent au long cours et s’installent pour plusieurs jours ou plusieurs semaines lors de leurs voyages afin de s’occuper de leur blog. Ils voyagent tous avec leur laptop. Aussi , la connexion internet est pour moi une priorité lors de mes voyages. Je ne peux pas me permettre de perdre 50% de productivité à cause d’une connexion internet bancale.

Bref, le blogueur-voyageur est un voyageur très particulier, bien loin des clichés qu’on peut imaginer. Et il est très difficile de réunir les 2 activités, surtout quand votre blog finance vos voyages. Attention donc à ne pas faire trop vite le raccourci.

Conclusion sur la formation “Bloguer pour Voyager”

Bloguer pour voyager est sûrement une des meilleures formations francophones pour créer un blog de voyage. Le contenu est de qualité et nous ne pouvons que féliciter Ryan et ses partenaires pour leur travail. C’est une formation qui ne s’adresse qu’aux débutants ou aux blogueurs qui n’ont pas de connaissance en référencement. Soyons francs : l’appât marketing est néanmoins mensonger. On pouvait générer un revenu correct via les liens sponsorisés ces dernières années, mais aujourd’hui, c’est terminé. Et surtout, ne négligez pas le pouvoir de Google sur internet. Quelques jours après qu’il ait pénalisé Buzzea pour acheter ou vendre des liens et articles sponsorisés, la régie publicitaire était à vendre…