Trouver une colocation à Bruxelles

Un web entrepreneur, nomade ou non, passe une bonne partie de sa journée seul devant son ordinateur. On ne peut pas le nier. C’est un choix professionnel, un mode de travail particulier et une habitude à prendre. Pour compenser cette solitude professionnelle, qui en réalité n’est que physique, je ne vis quasiment qu’en colocation. Je préfère ce mode de logement et me suis habitué à contrecarrer ses inconvénients. Je viens d’ailleurs de trouver une colocation à Bruxelles. J’y emménage le 1er Mai : 205 euros charges comprises, 10-12 personnes !

Trouver une colocation à Bruxelles

Les avantages de la colocation :

Quand on emménage dans une ville inconnue, vivre en colocation permet de rencontrer des personnes, se faire des amis, découvrir plus rapidement la ville, parler plusieurs langues, … Le principe de mutualisation est aussi très important. En colocation, nous partageons plus, dépensons moins, consommons moins, polluons moins, … Les dates d’arrivée et de départ dans une colocation peuvent être flexibles : je m’apprête d’ailleurs à emménager dans une sous-location à Bruxelles, sans baille et sans un proprio à qui je devrais expliquer ma situation professionnelle originale, qui prendra peur car je suis indépendant, voyage beaucoup et vis avec moins que le SMIC ! Dans mon cas , pas besoin de payer de caution, de faire des paperasses, d’apporter des justificatifs, de changer d’adresse, de signer des clauses de solidarité, … Bref, loin du monde cruel de l’immobilier, des propriétaires et agences qui se gavent (surtout dans les capitales), la colocation à l’amiable est fondée sur des principes bien plus importants : la confiance, le respect, l’amitié, … Une des meilleures solutions pour se loger à l’étranger.

Les groupes colocation du Couchsurfing

Sur les conseils de mon pote Miky Mike, très actif dans la communauté Couchsurfing du Nord de la France, je me suis inscrit sur le groupe de colocation du Couchsurfing. Idéal pour rencontrer des personnes agréables, originales et qui aiment le voyage. C’est d’ailleurs grâce au groupe de colocation à Bruxelles que j’ai trouvé Robin, que je remplacerai pendant 4 mois pendant son séjour à Londres.

Le seul hic des groupes Couchsurfing : on reçoit énormément d’emails. Pour ma part, j’ai créé un filtre Gmail que j’ai appelé « Lifestyle ». J’y redirige tout ce qui est Couchsurfing, OVS, soirées, concerts, films gratuits à regarder sur le web, …

Les groupes colocation de Facebook

Chaque grande ville, en tout cas en Europe, dispose sur Facebook d’un groupe pour la recherche de colocation. Ce sont des groupes ouverts. Vous pouvez donc vous y inscrire, poster des annonces et répondre à celles postées sur le mur. Vous trouverez ci-contre le groupe colocation Bruxelles sur Facebook.

Utilisez Easyroomate (appartager.com pour la France)

Easyroomate est le leader mondial des sites de colocation. Appelé appartager.com en France, ce réseau international permet de mettre en relation des personnes qui recherchent une colocation avec des personnes qui proposent des colocations. C’est par ce site internet que j’avais trouvé ma dernière colocation à Lille, juste avant que je parte au Kenya. On trouve beaucoup d’annonces dans plus de 30 pays au monde. Easyroomate fonctionne en Freemium (une offre gratuite et une payante). Pour une recherche active, on est quasiment obligé de prendre l’offre payante à 31,90 euros pour 1 mois. On pourra grâce à cette offre contacter tous les membres, avoir une annonce mis en avant, … Pour ceux qui voudrazis absolument éviter ces frais, il suffit d’ajouter dans son annonce un moyen de trouver ses coordonnées sur internet (taper « XXX » sur Facebook, tapez « YYY » sur Google pour atterrir sur mon blog et me contacter par email, …).

Depuis que j’utilise ces 3 services, j’ai toujours trouvé des colocations très intéressantes en moins d’1 mois. Et vous, utilisez-vous d’autres services pour trouver des colocations à l’étranger ?