Un guide touristique officiel, pour quelques euros…

J’ai bien compris aujourd’hui qu’il était idiot de visiter un site archéologique sans la compagnie d’un guide touristique, officiel si possible. Ce serait un peut comme aller au cinéma voir un film en cantonais ou lire une BD sans les bulles : sans grand intérêt… S’offrir la compagnie d’un guide touristique transforme une promenade dans un lieu un peu bizarre en un vrai voyage dans le passé. Voici une astuce toute simple que je pratique à chaque fois que je visite des lieux touristiques historiques ou archéologiques, pour me faire accompagner par un guide, pour seulement quelques euros.

Mon pote Edgard, guide de montagne, en plein cours de Français devant le Santiaguito, au Guatémala

Mon pote Edgard, guide de montagne, en plein cours de Français devant le Santiaguito, au Guatémala

Premier conseil : faites vos visites très tôt le matin

Mon premier conseil pour vous rendre sur un site  touristique, c’est d’y aller dès l’ouverture. A chaque fois que je fais une visite de ce genre, je me lève aux aurores. L’ambiance calme du matin, des oiseaux qui chantent, du soleil qui commence à réchauffer l’atmosphère n’a rien à voir avec celle des groupes de touristes, qui en général arrivent sur place à partir de 10-11h. Partez à 6h ou 7h du matin s’il le faut, mais soyez les premiers à être sur le site. Cela change du tout au tout.

Teotihuacan, au petit matin

Le site de Teotihuacan, au petit matin

Prenez absolument un guide touristique

Ce n’est pas non plus valable pour toutes les visites, notamment pour les sites dont le spectacle est plutôt naturel et amène à la contemplation, mais se faire accompagner d’un guide touristique, c’est quand même beaucoup mieux dans la majorité des cas. Nous avons le réflexe d’imaginer les couleurs des constructions préhispaniques un peu ternes, blanches ou jaune ocre, comme pour les pyramides égyptiennes ou les grands monuments des civilisations latines en Europe. Lors de mes visites de quelques sites mayas dans la péninsule mexicaine du Yucatán, mais également au Guatémala, c’est grâce aux guides touristiques qui m’accompagnaient que j’ai appris que toutes les constructions étaient peintes de couleurs vives, notamment de rouge pourpre pour Chichen Itza et d’orange sanguin pour Tikal. Cela change bien sûr tout l’imaginaire de la visite, qui sera alimentée par les précisions de votre guide touristique.

Quand je parle de cet aspect du voyage qui me semble primordial, j’aime bien prendre en exemple l’anecdote de mon ami Mikaël, lors de son séjour à Athènes, en parlant de sa visite de l’Acropole, sans guide cette fois-ci :

Bon, ben… en fait on aurait fort bien pu s’en passer. Déjà parce que mine de rien ça caille méchamment en novembre et que tous les vents se font un malin plaisir de venir siffler là-haut sur la colline (salutations à Joe Dassin) et vous tripoter partout comme de sales vicelards. Et puis surtout parce que, en somme, tout ça ressemble à un cimetière de pierres. On va pas la jouer Napoléon, façon « du haut de cette colline, 25 siècles d’Histoire vous contemplent ». On trouve ça juste barbant. Des pierres, des pierres, des pierres, des cailloux.

Qu’en aurait-il été si un guide leur avait expliqué les différentes parties de l’Acropole, comment elles avaient été construites, à quelle époque et qu’y faisaient les grecs ? Bien plus intéressant évidemment…

Néanmoins, les guides touristiques officiels, de surplus qui parlent le Français, c’est pas toujours donné… Voici donc comment je m’arrange tout simplement pour payer moins cher.

Formez votre propre groupe, avec un guide touristique officiel

L’astuce est toute simple et je l’ai utilisé plusieurs fois avec succès : il suffit de trouver quelques francophones et leur proposer de partager les frais du guide. Expliquez leur que cela apportera énormément à leur visite s’ils comptaient s’en passer. Le jour où j’ai visité, au petit matin bien sûr, le site de Chichen Itzá, une des villes mayas les plus grandes et importantes de cette région mexicaine, j’ai rencontré un couple français avec qui nous avons réuni quelques autres touristes. Chichen Itzá est très touristique, et profite du tourisme de masse européen et états-unien pour augmenter tous les tarifs. Pour se faire accompagner pendant 2 heures par un guide touristique officiel qui parle correctement français, comptez 700 pesos mexicains si mes souvenirs sont bons, soit environ 40 euros. En formant un petit groupe de 5-6 personnes, on passe de 40 euros à moins de 10 euros par personne.

Cette astuce permet d’améliorer considérablement l’intérêt de votre visite grâce au guide, de faire des économies, des rencontres mais aussi de partager un moment convivial d’échange linguistique avec un guide local francophone, qui forcément sera intéressé par votre histoire, votre région, votre culture…

Je vous invite donc, à chaque fois que vous visitez un site qui s’y prête, d’essayer de former un petit groupe pour vous faire accompagner d’un guide touristique, si possible francophone et diviser les coûts (et le pourboire dans certains pays), entre tout le monde.

grande pyramide Tikal

Une des grandes pyramides de Tikal, que nous avons visité entre amis avec un guide officiel, cette fois-ci en espagnol (plus difficile pour tout comprendre).

Concours Easy-Voyage

Cette astuce de voyage entre dans le cadre d’un concours organisé par EasyVoyage, comparateur et guide de voyage. EasyVoyage propose aux internautes de “partager une astuce pour voyager moins cher”. Et cela tombe bien, car le gagnant du concours se verra offrir un voyage d’une semaine au Mexique (j’écris cet article depuis Mexico DF, la capitale). Pour participer au concours, c’est ici.

Vous aimeriez découvrir plus d’astuces pour voyager pas cher ?

Pour réellement faire des économies en voyage, il faut s’attaquer à tous les postes de dépenses. Mon ami Fabrice le résume très bien grâce au fameux proverbe “Les petits ruisseaux font les grandes rivières”. Billets d’avion, préparation du voyage, logements, visites, formalités administratives… Découvrez comment voyager avec 20 euros par jour.

Et vous, chers lecteurs, vous passez-vous de guides touristiques pour les visites de grands sites archéologiques ou préférez-vous la jouer solo ?