Quels moyens de transports en Afrique ?

Je reçois aujourd’hui un article invité très intéressant sur les transports en Afrique. Alors que je suis confronté régulièrement aux chicken bus et aux microbus guatémaltèques, les souvenirs de matatu, de boda-boda et de tuk-tuk africains réapparaissent à chaque fois que je me promène autour des stations de bus. Julien, blogueur sur le thème de l’entreprenariat en Afrique, nous parle ci-dessous de tous les moyens qui existent pour se déplacer sur ce continent dont les distances sont toujours négligées par les voyageurs néophytes.

Moto au Cameroun

S’il y a bien une caractéristique du travailleur nomade outre son sac à dos bien rempli (voir cet article), c’est qu’il se déplace continuellement. Il acquiert donc bien vite une capacité d’adaptation aux différents modes de transports des quatre coins de la planète, souvent dépaysants, parfois dangereux ou même comiques. Et à ce jeu là, l’Afrique n’est pas la dernière ! Voici une revue des différents types de transports africains que j’ai pu croisés et mes conseils pour en tirer au mieux partie.

Les routes d’Afrique

Un mot sur les routes tout d’abord. Pour tout dire, c’est vraiment la loterie. Par endroit, l’asphalte est presque parfait et aucune voiture n’est visible à l’horizon, et à d’autres, on roule sur une piste en latérite minée de cratères en pleine zone de circulation. En fait, on ne peut pas savoir sur quoi on va tomber au coin de la rue mais globalement, ça reste plutôt sportif (avec une mention spéciale à la saison des pluies qui finit d’achever certaines routes à l’agonie).

Route de terre au Sénégal

Route de terre au Sénégal

Voyager en deux roues

Efficaces mais dangereux : ce sont les deux mots qui résument le mieux l’utilisation des deux roues dans les pays que j’ai traversés. C’est personnellement le moyen de transport que j’avais choisi pour circuler lorsque je travaillais au Sénégal. Je ne le regrette pas mais j’ai eu plus d’une fois de grosses frayeurs.

Si malgré tout vous voulez l’utiliser, achetez un véhicule neuf, cela vous évitera de voir votre bolide tomber en rade au bout de la première semaine. La poussière ne pardonne pas au Sénégal alors mieux vaut partir sur une base seine.

Voici le modèle que j’utilisais : une Yamaha 125 routière. Je n’ai pas eu à me plaindre, j’ai fait de la route, de la piste et du sable. Elle est légère mais stable, un an sans aucun problème technique. Certains changent le pneu avant en pneu tout terrain pour mieux circuler sur les petits chemins et le sable.

Le sable parlons en, c’est la plaie des motos, c’est comme si vous conduisiez sur la neige, ça dérape sans cesse. C’est vraiment un style de conduite dur à maîtriser.

Moto-taxi à Limbé, au Cameroun

Moto-taxi à Limbé, au Cameroun

Voyager à pied

C’est encore je pense le meilleur moyen de déplacement pour vous imprégner et rencontrer des gens à condition de bien vous renseigner avant sur les endroits par lesquels vous pouvez passer et ceux qu’il vaut mieux éviter …

Prendre les taxis

Un grand classique ! Devant la quasi-absence de transports publics en commun, les taxis sont légion. Un petit truc : parler quelques mots de la langue locale vous permettra d’obtenir un tarif proche de celui appliqué aux locaux. Et puis soyez ouverts ! Le taxi est un lieu convivial où l’on discute avec le chauffeur. Si le courant est bien passé et qu’il ne vous a pas fait payer trop cher, prenez le numéro du chauffeur. Il est toujours utile d’avoir deux ou trois taxis à contacter en cas de besoin.

Cockpit d'un taxi tanzanien

Cockpit d’un taxi tanzanien

Taxis communs ou minibus

Voyager en bus ou en minibus est très commun en Afrique. Le taxi peut d’ailleurs être également collectif. C’est courant sur les axes circulants et les prix sont extrêmement intéressants. Pour mes petits trajets quotidiens, je ne payais pas plus de 500 FCFA (soit environ 75 centimes). Pour ce qui est du véhicule, ça peut aller de la simple voiture, à la camionnette ou au mini van. Au Sénégal, on les appelle les Ndiaga Ndiaye, c’est très courant.

Bus "tunning" de Kayolé

Bus “tunning” de Kayolé

Avion

Je voulais également évoquer les petits biplaces qui font largement partie de l’imaginaire du voyage en Afrique. Je dois avouer que c’est vraiment génial de survoler l’Afrique dans ce genre d’appareil qui reste tout à fait hors de prix ! Une petite astuce cependant : pensez à contacter les petites compagnies aériennes qui proposent ces vols, elles font souvent des trajets à vide pour aller chercher leur client principal et elles peuvent vous proposer ces places à moindre prix. L’inconvénient est que vous n’avez donc pas le choix du calendrier mais il suffit de s’organiser un petit peu.

Bateau de transports et pirogues

Des pirogues ou gros bateaux de transports, j’ai eu l’occasion d’en prendre régulièrement et c’est bien pratique particulièrement quand la route est en très mauvais état, par contre il faut avoir le temps …

Pirogue sénégalaise

Pirogue sénégalaise

Trains africains

Pour ce mode de transport, là encore, ça dépend vraiment des pays. Certains sont équipés de lignes assez intéressantes comme au Maroc par exemple. Pour d’autres, ça reste un moyen de transport lent avec peu de fréquence comme la fameuse ligne Dakar-Bamako, même si le trajet a son charme. Un conseil si vous le prenez : réservez une place en première si vous avez la possibilité, ce n’est pas beaucoup plus cher et ça fait une grosse différence !

Gare déserte de Nairobi

Gare déserte de Nairobi

Achat et location de voiture

Si vous avez un permis international et que vous restez longtemps sur place, vous pouvez également envisager d’acheter un véhicule. Un conseil : évitez les modèles avec trop d’électronique embarqué, vous tomberiez bien vite en panne sans possibilité de réparer au garage du coin. Vous devez également être sûr de vos talents de négociateur pour revendre la voiture avant votre départ. Vous pouvez aussi envisager de louer le bolide d’un particulier pour quelques mois ou quelques semaines à condition de bien le connaître.

Le plus original pour terminer : la charette

Enfin, la charrette est parfois étonnement le transport le plus rapide, surtout quand le trajet est court et très sablonneux !

Voici donc quelques conseils sur les transports en Afrique que j’ai pu utilisés, mais il y en a sûrement d’autres : à vos commentaires si voulez vous aussi partager vos expériences !

L'avis de Kalagan

C’est en Afrique du Nord, au Cameroun et dans plusieurs pays de la communauté d’Afrique de l’Est que j’ai vu et utilisé les transports les plus étonnants, et les moins chers. Les matatus par exemple. Signifiant “serré” (ou “compressé”) en swahili, ces minibus d’une quinzaine de place peuvent parfois en accueillir 40. J’en ai fait l’expérience lors de ma traversée de la Tanzanie. J’ai aussi vu au Cameroun par exemple, des motos aux montures improbables : familles complètes, cageots de poules, chèvres… Les photos de transports africains que l’on trouve sur internet ne sont pas que caricatures. Concernant les trains, malgré mes nombreuses tentatives, je n’ai jamais pu en prendre. Problèmes de voiries, retards, annulations… Il va falloir que je me rattrape lorsque j’y retournerai.