Les plages de Nouvelle-Zélande : nom d’un kiwi, qu’elles sont belles !

J’accueille aujourd’hui un article invité de Marie, qui écrit sur un blog dont le titre m’a beaucoup plu, par son caractère “voyage à durée non-déterminée” : Rentreront-ils au bout d’un an ? «On dirait que non»… Après un séjour de 6 mois en Nouvelle-Zélande, Marie nous présente 5 plages paradisiaques de l’île océanique sur lesquelles on peut se promener. Je garde toujours en tête ce vieux rêve de m’installer pour travailler depuis l’étranger sur une plage paradisiaque, quasiment déserte, aux eaux limpides et turquoises, aux sables fins… Peut-être en Nouvelle-Zélande ?

Plage Nouvelle-Zélande

On ne visite pas la Nouvelle-Zélande pour ses plages. Plutôt pour ses volcans, ses vagues, ses lacs, ses routes sans fin, ses plaines et ses montagnes. Il y a trop de choses à faire dans ce pays pour rester à lézarder au soleil.

Ah oui ? Pourtant, il y a de quoi y satisfaire tous les lézards du monde dans ce pays (des merveilles !). Je l’ai parcouru pendant six merveilleux mois et j’ai eu le temps d’en admirer, des bancs de sable… Forcément, en Nouvelle-Zélande, on n’est jamais à plus de 200kms de la côte ! Alors allons-y, parlons des plus belles plages des kiwis…

Spontanément, je pense à Farewell Spit. Puis me vient en tête Abel Tasman, la rando où on a failli rester coincés à cause de la montée des eaux. Ah oui, et il y a Russell aussi, avec ses petits concerts live. Sans oublier la célèbre plage du Coromandel. Et notre coin de paradis, notre havre de paix au milieu des dauphins les plus rares du monde. Les photos parleront sûrement plus que les mots. A vos tongs, prêts…

Farewell Spit

Perdus dans le sable. Après avoir roulé, roulé, roulé, nous voici au bout de la route. Un parking vide, un hôtel déserté, on y est. Le bout de l’île du sud. Personne. On a marché au bord de l’eau, puis sur des collines de sables, pour finir perdus dans ce mini-désert. Autour de nous du sable qui bouge au gré du vent et, au loin, l’océan. Absorbés par la beauté du paysage, on s’est perdu au milieu de ce nul part, à courir pour retrouver la voiture avant que la nuit nous trouve.

Firewell Spit

Firewell Spit

Abel Tasman

On y marcherait pendant des jours. On a prit un bateau à Kaiteriteri pour longer les baies magnifiques gorgées de bébés otaries, et ensuite se faire déposer à Anchor Bay. On commence la randonnée les pieds dans l’eau, pour ensuite passer par une petite colline d’une végétation surprenante, traverser un banc de sable qui se fait doucement – pas tant que ça en fait! – rattraper par les eaux, croiser de nombreux kayakistes et repartir vers une petite plage de 10m de long, pas plus. Personne. Encore quelques minutes au paradis avant de reprendre le taxi-boat.

Abel Tasman

Abel Tasman

Russell

Je veux ouvrir une crêperie, ici ! La plage de Russell n’a ni sable fin ni palmiers. Elle a une ambiance. Les jeudis et vendredis soirs, le café Duke of Malborough accueille des chanteurs pour des petits concerts. Alors c’était mon rituel. Posée sur les galets, bercée par la musique et le bruit des vagues, avec en fond le coucher de soleil qui éclaire les bateaux.

Plage Russel

The Cathedral Cove, Coromandel

Une eau plus turquoise que dans les films. D’habitude, je ne suis pas pour les journées entre touristes. Mais quand il s’agit d’un tour en bateau avec huit personnes, kiwi, anglais, américains, espagnols, j’ai plus l’impression d’une balade entre amis que d’un attrape-blaireau. On a parcouru toute la côte partant de Whitianga, et on est passé devant cette splendide plage. Oui, celle de l’ouverture du film Narnia 2. Non, je n’avais jamais vu le film et oui, j’ai fais « haaa » comme tous les autres, mais pas parce que je reconnaissais. Juste parce que « haaaaaa mais c’est absolument magnifique ici !».

Cathedrale Cove

Cathedrale Cove

Curio Bay

What a lifestyle. Ce qui fait la magie de cette plage, c’est l’atmosphère qu’il y règne. On est au bout d’une longue route ici, autant dire qu’on ne croise pas beaucoup de monde. Si ce n’est… des dauphins. Hector, plutôt impressionnant pendant ton premier cours de surf ! Ainsi que des lions de mer qui aimeraient jouer avec toi, mais tu as peur, parce que non, il n’a pas des dents de petit chaton. J’ai découvert cette plage en hiver, en combinaison de 5mm et j’en suis tombée amoureuse. Je n’ose pas imaginer ce que ça donne en été.

Curio Bay

Curio Bay

L'avis de Kalagan

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça donne envie d’aller se baigner, de flâner au bord de l’eau, de faire de la plongée ou bien du surf. Je suis un grand adepte des promenades au bord de belles plages, surtout le matin quand il n’y a encore personne. C’est aussi l’occasion de faire un petit footing au lever du soleil. Espérons que la Nouvelle-Zélande sera conserver ses plages naturelles, sans se faire spoiler par les hôtels et autres complexes touristiques en bord de mer.