Le plus gros arbre du monde : l’arbre de Tule

Je suis resté environ 2 semaines à Oaxaca, ville mexicaine très charmante située dans le sud du Mexique, dans la région du même nom. Oaxaca est une ville assez touristique : c’est en effet la capitale du Mezcal et le cœur d’une région comptant de nombreux sites archéologiques et merveilles naturelles, comme par exemple les chutes pétrifiées de Hierve El Agua. C’est aussi à 13km de Oaxaca que l’on peut observer le plus gros arbre du monde. Avec ces 58 mètres de circonférence, il détient le record.

Le plus gros arbre du Monde

Un circuit touristique autour de Oaxaca

Lors de mon séjour à Oaxaca, je suis beaucoup resté dans cette ville qui m’a énormément plu. A part une excursion improvisée à Nochixtlan, petit village mexicain sans grand intérêt mais où l’on s’est bien marré avec Mikaël, ainsi qu’une malheureuse promenade sur la colline de la ville (c’est là que 2 brigands m’ont volé mon appareil photo, mon sac à dos, mes lunettes et mon téléphone), je n’ai fait aucune excursion autour de la ville. Nous avons donc décidé avec Mikael d’aller dans une agence  de tourisme pour participer à un circuit organisé. Ce n’est pas du tout dans mes habitudes ce genre d’excursion mais nous n’avion plus le temps d’en préparer une par nos propres moyens.

Première étape : le plus gros arbre du monde

De 10h à 18h, avec notre groupe composé d’une bonne vingtaine de touristes (surtout des américains et des mexicains), nous devions nous rendre dans 5 endroits touristiques différents et parcourir plusieurs centaines de kilomètres dans la journée. Autant dire que le planning est très serré. L’arbre de Tulé fut la première étape de ce parcours du combattant.

“El arbol de Tule”, en espagnol, est connu pour être le plus gros arbre du monde, c’est-à-dire celui dont le tronc possède la plus grande circonférence. Vous trouverez ci-dessous quelques-unes de ces caractéristiques chiffrées :

Les caractéristiques du plus gros arbre du monde

Les caractéristiques du plus gros arbre du monde

Nous avons passé environ 30 minutes autour de cet arbre et dans le jardin public que la ville a construit autour. Ce n’est largement pas suffisant pour profiter de ce spectacle, qui m’a tout de même permis de tester mon nouvel appareil photo de voyage, le Sony DSC-WX100 Cyber Shot. Le tronc de ce cyprès de marais mexicain n’a pas vraiment une forme cylindrique. On dirait plutôt différents types de troncs collés les-uns contre les autres, mais dont leur racine est commune. Certaines branches sont aussi épaisses que le tronc d’un bon vieux chêne. On peut y apercevoir de nombreux nœuds, représentant quelques fois des têtes d’animaux (c’est d’ailleurs en partie pour cette raison qu’on le surnomme « El árbol de la vida »). L’envergure de cet arbre est vraiment impressionnante et j’aurais pu faire 10 fois le tour sans m’en lasser. Dommage qu’il y ait une grille qui le sépare des touristes et passants.

plus-gros-tronc-du-monde

arbre-tule-partie-du-tronc

branches-arbre-tule

plus-gros-arbre-du-monde-vu-de-loin

plus-gros-arbre-du-monde-vu-de-pret

Avec l'effet peinture de mon appareil photo

Avec l’effet peinture de mon appareil photo

Au final, j’aurai bien voulu rester à Tule, pour pouvoir observer plus longtemps cet arbre géant, pour visiter la petite église à coté et apprendre un peu de l’histoire mystique de ce cyprès, pour me promener dans les jardins publiques et profiter un peu d’une ballade dans la ville. Cela m’aurait aussi permis de tester les nombreuses fonctionnalités de mon appareil photo.

Mais lorsqu’on est touriste, on n’a pas le temps de trainer ! Il faut respecter le planning, faire le plus possible en un temps record, sans pouvoir converser trop longtemps avec les guides, en prenant le maximum de photos… La consommation compulsive de lieux touristiques n’est vraiment pas ma tasse de thé ! N’empêche que cet arbre, le plus gros du monde, vaut quand même le détour. Mais plutôt que d’y aller en circuit organisé, prenez un bus près du stade de baseball de Oaxaca et passez-y une après-midi complète. Vous ne regretterez alors pas d’y être resté trop peu de temps.