187

Les présidentielles vues par un “expatrié” en Amérique Latine, blogueur et entrepreneur

Cela faisait bien longtemps que je ne m’étais pas penché sur mon clavier pour publier un billet sur mon blog. Je profite du contexte politique actuel en France pour essayer de vous donner un point de vue un peu particulier sur les élections présidentielles.

Le point de vue d’un digital nomad, d’un entrepreneur, d’un blogueur, mais aussi celui d’un expatrié en Amérique Latine. Après tout, même si je n’en ai pas le statut, je passe plus de temps à l’étranger que dans mon pays.

J’écris cet article depuis Mexico.

J’ai vécu 4 ans en immersion au Guatémala, au Mexique puis en Colombie. Je vis, travaille et voyage avec des latinos. Ce qui me permet de comprendre d’autres modèles de société que celui de la France. Voilà un atout de taille pour imaginer la mise en place des mesures proposées par nos candidats.

Que penser des programmes ? Qu’y a-t-il de prévu pour les digital nomads et les entrepreneurs sur internet ? Que penser des présidentielles quand on vit à 10.000 kilomètres des champs de batailles ?

Les présidentielles vues par un expatrié

Merci à Monsieur KAK pour le dessin .

Tu ne parleras JAMAIS de politique sur ton blog !

Si Topito devait publier le TOP 10 des articles à ne pas publier sur son blog, on y trouverait sûrement cette recommandation (bien sûr, cela ne compte pas pour les blogs politiques ou les blogs d’actualité…). C’est une recommandation qu’on retrouve chez de nombreux entrepreneurs à succès parmi la blogosphère entrepreneuriale.

J’ai commencé ce blog avec des carnets de voyages, puis des conseils pour devenir digital nomad. Mais avant tout, c’est un blog personnel. J’y publie ce que je veux en toute liberté.

Alors si j’ai envie de publier un billet politique, après maintenant plus de 5 ans d’existence sur la toile, rien ne m’en empêche !

Et si vous n’êtes pas d’accord avec certaines de mes idées, qu’à cela ne tienne !

On est pas des brutes. On peut très bien continuer à échanger sur les thèmes de l’entrepreneuriat et du mode de vie de digital nomad sans avoir les mêmes visions du monde et des solutions à ses problèmes.

Sortie de diète médiatique pour quelques semaines

En bon partisan de la diète médiatique, prônée par beaucoup d’entrepreneurs et démocratisée par Tim Ferris, je ne consacre en général que très peu de mon temps à suivre l’actualité.

Mais quand vient une élection qui peut avoir une vraie impacte sur mes activités, mais surtout sur la vie de ma famille, de mes amis et de mes compatriotes, je fais exception. Ma diète se transforme alors en régime hyper-protéiné 🙂

Je suis la campagne politique depuis maintenant quelques mois, principalement en écoutant des émissions Youtube avec mon enceinte portative depuis mes appartements temporaires ou pendant mes voyages au Mexique.

J’ai beaucoup accumulé ces dernières semaines et j’avais besoin de poser mes idées.

Et si Fillon et Macron s’étaient inspirés des politiques d’Amérique latine, plus que Mélenchon ?

J’ai vécu avec des Mexicains, des Guatémaltèques et des Colombiens. Je sais bien comment cela se passe pour eux, du point de vue du travail, de l’économie, de la répartition des richesses, des politiques, des aides sociales, du quotidien…

Cette vision que j’ai de la vie en Amérique latine est une vision de terrain, uniquement. Je ne suis aucun média latino. C’est donc du concret.. Et puis j’avoue être assez curieux sur ces questions quand l’heure est à l’apéro 🙂

Entre fillonades et macronades…

Je ne sais pas pour vous, mais je n’arrive pas bien à comprendre le discours de Macron. Sa position ni-de-droite, ni-de-gauche le rend demi-tiède. Il y a au moins un sujet sur lequel je l’ai compris : la déréglementation de l’activité économique et du travail, façon Loi Macron et loi El Khomri. Fillon quant à lui a le mérite d’être clair : il a un programme et des idées de droite décomplexée, un peu conservateur. Avec Fillon, on sait à quoi s’attendre. Les 2 technocrates ont une vision plus ou moins similaire de l’économie, de la croissance, de la compétitivité, etc…

Les Européens ont leurs Chinois, les Nord-Américains ont leur Mexicains.

Passons maintenant aux choses sérieuses y regardons un peu ce qui se passe ici. En exagérant, on pourrait comparer les conditions des travailleurs mexicains à celles auxquelles nous serions confrontés dans un régime Macron-Fillon ++

  • Travaillez toujours plus : pas de vacances la première année, une semaine la seconde, puis un jour en plus pour chaque année d’expérience. Si tu changes de boulot, tu repars à zéro ;
  • Compépétititivité… : le SMIC mexicain, c’est 80 pesos la journée de 9 heures de taf, c’est 5-6 jours par semaine, soit environ 45 heures. On y est donc payé au minimum 80 euros par mois. Pour passer dans la classe moyenne, faut 14.000 pesos, soit environ 700 euros. Les seuls mexicains que je connaisse avec cette paye sont des entrepreneurs indépendants… Si on prenait la même échelle de salaire en France, il faudrait des revenus mensuels d’environ 12.000 euros pour appartenir à la classe moyenne. Vous l’avez compris, le Mexique, c’est pas la Suisse…
  • Baissons les cotisations : chômage, retraites, bourses, aides sociales… Si tu fais partie de la classe riche et que tu as un bon job bien payé, tu cotises pour des organismes privés. Sinon, c’est quasi-queneni, tu te démerdes !
  • “Uberisation” de la société : au Mexique, au Guatémala et en Colombie (mais sûrement dans la majorité des pays d’Amérique Latine), beaucoup d’entrepreneurs indépendants ne travaillent qu’avec un seul client, ce qui est aujourd’hui interdit en France, car considéré comme situation de salariat déguisé. J’ai pu comprendre que ce genre de pratique serait dans le programme de Fillon. Et cela ne m’étonnerait pas que Macron y soit également favorable. En mode “uberisation”, le contrat de travail se transforme en contrat commercial : plus de cotisations, de retraite, de chômage, de droit à la formation… L’employeur ne paye plus rien d’autre que le travail effectué. Dans certains cas, il ne paye pas la TVA et déduit les frais de ses bénéfices imposables ;
  • Un code du travail par entreprise : soyons flexibles et laissons les entreprises définir les règles. Voici ce que peut vous proposer une boutique sous-traitante d’entreprises françaises du CAC40 au Mexique, spécialisée dans la mode et les produits de beauté, pour un poste de vendeur ou de responsable de boutique de luxe : une fois l’entretien d’embauche terminé, la responsable des ressources humaines vous invite à accomplir une petit formalité obligatoire : “Signez en bas de cette feuille blanche s’il vous plaît, au cas où nous avions à régler un petit différent“. Pour un poste de responsable de caisse, vous voyez bien jusqu’où cela peut mener. Incroyable ;
  • Dérégulation des pharmacies : au Mexique, les pharmacies sont les endroits où les techniques de vente sont les plus agressives. Déjà, on peut y acheter du Coca et des clopes. Absurde… A l’entrée, on y met des hommes-peluches et de la musique. Les pharmacies sont ouvertes sur la rue, sans vitrine de verre, un peu comme une terrasse. A l’intérieur, y’a de la publicité, parfois des écrans, des “mises en avant de produit”… Il y a toujours des promos et les vendeurs te proposent des upsells (vitamines, compléments alimentaires, aspirines…), voire des doubles upsells ! Il doit vraiment avoir du pognon dans ce secteur…

    Pharmacie à Mexico

    Docteur Promo !

  • Privatisation des hôpitaux : j’ai un ami mexicain de Cancún qui va être papa. Pour toutes les étapes de la maternité, l’accouchement, la gynéco… il doit établir un devis et cela va lui coûter entre 100.000 et 150.000 pesos au total. Somme qu’il payera à l’hôpital (entre 5.000 et 7.500 euros). Lui, c’est un entrepreneur de la classe moyenne, mais quand même, il a dû s’endetter auprès de compagnies de crédits qui travaillent avec l’hôpital pour que sa femme puisse vivre sa maternité dans de bonnes conditions. Fillon ne serait-il pas en train de préparer l’ouverture de ce marché bien juteux au secteur privé ?

On est d’accord, ces exemples sont bien trash. Et le Mexique, c’est pas la France…

Mais comprenez-vous bien l’idéologie qui porte leurs programmes libéraux ? Et encore, je n’ai ni abordé les sujets démocratiques, ni les sujets écologiques…

Plus on dérégule, plus on libéralise, plus on se fait entuber. Les services publics en France, les aides sociales et les bonnes conditions de travail ne sont pas tombées du ciel, et ce n’est pas les multinationales qui nous les ont octroyés… C’est grâce aux luttes qu’ont menées nos aïeux pendant plusieurs générations ! On est pas dans un monde de bisounours, mais de rapports de forces, où seule la loi fait foi. Notre histoire s’est construite ainsi.

Alors quand j’entends dans les médias des âneries sur Mélenchon et sa fascination pour les régimes d’Amérique Latine, laissez-moi penser que c’est plutôt Fillon et Macron qui rêvent d’une “France latinisée”…

T’es entrepreneur, t’es donc de droite ?

On dit souvent que plus t’es vieux, plus tu votes à droite. Est-ce que c’est vrai ? Pas si facile à déterminer.

On dit aussi que les entrepreneurs votent majoritairement à droite. Une journaliste d’Atlantico a quand même trouvé des patrons qui votent à gauche !

Dernier préjugé : les Français de l’étranger voteraient majoritairement à droite. Si on excluait des études les expatriés fiscaux installés en Belgique, au Luxembourg et en Suisse, cela inverserait peut-être la tendance…

Faut pas être naïf, ceux qui votent à droite ne les font pas seulement par idéologie… Doit y avoir pour certains une petite dose d’intérêts personnels qui entre en jeu : moins d’impôts, de meilleurs taux d’intérêts, moins de contraintes commerciales, plus de niches fiscales…

Pour certains entrepreneurs, ce serait même se tirer une balle dans le pied que de voter à gauche, comme le montre un commentaire qui m’a bien fait rire, posté sur ma page Facebook :

Commentaire Mélenchon

Je ne m’en cache pas et mes relations proches que j’ai souvent tentées de convaincre, avec un certain succès, vous le confirmeront : je vote à gauche. D’abord pour les écolos, puis pour Mélenchon depuis 2012.

Et ce n’est pas pour des intérêts individuels, mais bien pour des raisons intellectuelles, de bon sens.

Quand on voyage beaucoup, et de surplus, quand on vit de vraies expériences de vie dans des pays ultra-libéraux comme le Guatémala par exemple, on s’aperçoit que les logiques de “libéralisme à tout-va” accroissent les inégalités économiques, déstabilisent les démocraties, menacent la paix dans le monde, favorisent l’immigration et impactent de manière irreversible l’écosystème.

Ne me prenez pas non plus pour un communiste anti-capitaliste borné ! Hahaha…

Il y a de bons aspects au libéralisme. Je suis par exemple un grand fan de Airbnb et de la liberté d’entreprendre. Je n’ai également pas de problèmes avec la globalisation de l’économie numérique.

Par contre, croire que le libéralisme doit s’imposer sur toutes les activités économiques, c’est une stupidité idéologique, de l’ordre de l’extrème, de la croyance religieuse. Y’a des secteurs trop importants ou trop stratégiques pour être mis dans les mains d’intérêts privés : la sécurité, les énergies, l’eau, la santé, les services publics… Et puis il faut réguler : on va quand même pas bouffer des poulets canadiens en France, juste parce que le CETA l’autorise et que c’est moins cher…

Donc NON ! Tous les entrepreneurs ne votent pas à droite. J’en suis un exemple têtu, et croyez-moi, je connais beaucoup d’entrepreneurs dans mes réseaux, et aussi des digital nomads, qui avec l’expérience de voyage en sont venus aux mêmes conclusions.

La bêtise des intelligents

Réfléchissez à ces quelques mesures :

Alors qu’on est plutôt sur la pente de la récession, Fillon veut retirer 100 milliards d’euros dans l’économie ! C’est un peu comme si on voulait guérir de l’anorexie un patient à coup de salades…

Encore plus absurde, le plan économique en Europe depuis plusieurs années, c’est que tout le monde deviennent plus compétitifs jusqu’à l’être tous autant, ce qui ne changerait rien au final. A l’exception d’un appauvrissement général…

Dernière trouvaille qui remporte la palme de l’imbécillité : on veut faire la paix en Europe en augmentant les budgets militaires de chaque pays… Ils sont sérieux là ?

Ne devrait-on pas se demander pourquoi nos soi-disantes “élites” sont-elles aussi stupides ?

Certains intellectuels en ont étudier les raisons !

Bien sûr, il y a la corruption et les intérêts économiques de ceux qui prennent les décisions, et ceux de leurs amis. En témoignent les financements de la campagne de “marketing politique” de Macron, les costards de Fillon et autres entourloupes lepenistes.

Mais quand même, il y en a qui croient vraiment à leurs âneries…

Regardez cette courte vidéo de Jacques Génereux, Maître de Conférences des Universités, un des auteurs français en économie les plus lus. Vous comprendrez un peu mieux d’où vient toute cette bêtise :

Avoir des maîtres à penser plutôt que de picorer de l'information

Petit aparté : pourquoi picorer de l’information par-ci par-là quand on peut via internet directement se connecter aux plus grands intellectuels ? Je me forme et m’éduque sur certains sujets via des relations “maître-élève”. Je m’explique : pendant plusieurs années, j’ai écouté plein d’experts dans les thématiques qui m’intéressent : entrepreneuriat, économie, écologie, développement personnel, climat-énergie, politique… Puis j’ai fait le tri. Je n’écoute maintenant plus qu’un ou 2 experts par thématique. Je suis donc devenu en quelques sortes l’élève de Maîtres que j’ai soigneusement sélectionnés pour leurs talents pédagogiques, pour leur rigueur intellectuelle, pour leurs convictions. Cette manière d’apprendre est beaucoup plus efficace. Jacques Généreux est un de mes maîtres à penser en terme d’économie, de politique, de philosophie et d’anthropologie. Et puis son nom colle bien au personnage 🙂
Il est l’un des économiste qui a le plus inspiré la France Insoumise.

Quid des réformes destinées aux digital nomads ?

Je vote avant tout pour l’intérêt général, et non pour mon intérêt personnel.

Ceci dit, cela ne m’empêche pas de prendre en compte les impacts personnels qu’auraient certaines mesures sur les impôts, les auto-entrepreneurs, les expatriés… Je pense que le programme de la France Insoumise aura de bien meilleures impactes sur mes activités que des programmes de droite, comme ceux de Macron ou Fillon.

Prenons quelques réformes du programme L’Avenir en Commun, qui pourrait nous concerner si son représentant, Jean-Luc Mélenchon, gagne l’élection :

  • Suppression du RSI : en voilà une bonne chose !  En passant au régime social général, on profitera de meilleurs remboursements pour les frais de santé. Aucune augmentation des cotisations prévue ;
  • Régime des auto-entrepreneurs : beaucoup de digital nomads souscrivent à ce statut. Exceptée la suppression du RSI, pas d’autres mesures programmées. Mais je suis plutôt confiant. La France Insoumise a l’habitude de travailler en collaboration avec des associations “qui savent”. Et les associations d’AE ont plutôt de bonnes idées : augmentation des plafonds, suppression du CFE, droit au chômage…
  • Imposition différentielle des expatriés : voilà une mesure qui divise… L’imposition sur le revenu ne dépendrait plus de la résidence fiscale, mais de la nationalité, comme aux USA. Je suis plutôt pour. Ce qui freine les entrepreneurs quand ils sont par exemple en EURL, ce n’est pas l’impôt sur le revenu, mais le cumul de l’impôt sur les sociétés, des cotisations et la lourdeur administrative. Et puis l’impôt sur le revenu n’augmenterait qu’à partir de 4000 EUR de revenus par mois, ce qui laisse de la marge ;
  • Services publics depuis l’étranger : quand on vit à l’étranger, on ne bénéficie pas de tous les services publics présents sur le territoire. En témoigne cette lettre ouverte à Mélenchon. Dans une vidéo que je ne retrouve plus, la France Insoumise proposait d’accorder des remises d’impôts sur le revenu en fonction des conditions sociales et de santé des pays des expatriés. Un gros chantier… Le programme reste bien entendu ouvert à ce sujet. Faudrait peut-être réfléchir à réformer la CFE (Caisse des Français de l’Étranger) ;
  • Augmentation des salaires et relance de l’activité économique : que peut-on demander de mieux que d’avoir des prospects et des clients qui ont plus de budget ou plus de pouvoir d’achat pour acheter nos produits ou faire appel à nos services ? Voilà un des points du programme les plus intéressants pour nous autres entrepreneurs ;
  • Investissements dans le numérique : si vous avez suivi, la France Insoumise a un plan d’investissement de 100 milliards d’euros sur 5 ans. Une bonne partie sera dédiée à la transition énergétique. Mais aussi à l’économie numérique, ce qui nous concerne directement. Numérama en énonce les principaux aspects dans ce résumé ;
  • Diminution de l’impôts sur les sociétés : on passerait de 33% à 25%. Un petit coup de pouce pour ceux qui sont en EURL ou SARL. Mais j’aurai préféré un lissage avec plus de tranches…
  • Retraite à 60 ans : ce n’est pas en tant qu’indépendant qu’on a une retraite assurée. Avec cette mesure, on gagnera en sérénité pour l’avenir. A voir si le calcul des trimestres pour les auto-entrepreneurs est également réformé (j’en parlais dans cet article)

Est-ce bien sérieux votre relance Mr Mélenchon ?

“Et combien ça coûte ?”
“Avez-vous chiffré votre programme ?”
“La France a-t-elle assez d’argent pour financer cette relance ?”
“On est bien trop endetté pour cela !”

Cela fait quasi 10 ans qu’ils réfléchissent à leurs mesures… Et au final, le programme L’Avenir en Commun est une amélioration du programme l’Humain d’Abord de 2012. Y’a des experts qui ont bossé et parmi eux, de nombreux économistes. Le budget sur 5 ans est en fait super facile à comprendre. Il est basé sur 2 chiffres :

  • 100 milliards d’investissements : énergies renouvelables (25%), isolations thermiques des logements (20%), construction de logements (18%), plan de ferroutage (5%), investissements dans le Haut-Débit (2%), logements étudiants (2%)… Voilà ce qui me semble intelligent. Investir dans des secteurs qui permettent soit de génerer des revenus pour l’Etat, soit de faire des économies ;
  • 173 milliards de nouvelles dépenses (financées par 190 milliards de nouvelles recettes) : encore une fois, rien de plus facile à comprendre, à part peut-être pour les journalistes qui font pas leur boulot :

Financement du budget de la France Insoumise

Pour ceux qui veulent aller plus loin sur le chiffrage, allez lire cet article sur Huffington Post.

Dans ce meeting, Mélenchon résume pas mal de mesures économiques :

Les plus courageux (parmi lesquels je ne fais pas partie) iront voir l’émission Youtube de plus de 5 heures.

Quand même, c’est un autre modèle que ce que nous propose les 2 autres fanfarons ! Mais au final, j’ai l’impression que pour les entrepreneurs indépendants, tout est encore à imaginer. N’oubliez pas que la première mesure de Mélenchon, c’est de rendre le pouvoir au peuple à travers une assemblée constituante. Ce sera donc à nous de proposer.

La France peut-elle changer le monde ?

Et pourquoi pas ? C’est en tout cas la théorie, progressiste, optimiste voire utopiste mais à laquelle j’adhère, de Jean-Luc Mélenchon et de la France Insoumise. On nous bassine que la France est une puissance déclinante. Voilà quelques chiffres qui devraient vous remonter le moral :

  • La France reste chaque année, depuis les années 90, la première destination touristique au monde (source) ;
  • La langue française sera une des plus parlées en 2050 (source). Elle est la langue officielle de 29 pays ;
  • La France est toujours au TOP en Europe pour les investissements étrangers (croissance en 2017) ;
  • Alors que les Français pensent que leur image dans le Monde est en déclin, les études d’opinion internationales indiquent le contraire (étude TNS-Sofres)
  • Un PIB  de plus de 2000 milliards d’euros en 2016, toujours en croissance depuis des décennies. Et la France manquerait d’argent ? Ils nous prennent vraiment pour des buses…

Si vous entendez dans les médias de masse que la France est en déclin international prononcé sur tous ses aspects, c’est soit que les journalistes vous mentent, soit qu’ils sont incompétents, soit les 2.

La stratégie de communication des libéraux, spécialement en Europe, c’est d’engendrer un climat de peur généralisé, pour que vous acceptiez plus facilement de vous serrer la ceinture. Et que finalement, vous abandonniez tous les avantages acquis au fil des années au profit de compagnies privées, à la recherche de nouveaux marchés. Ne soyez pas dupe…

Je vous le dis comme je le pense, et comme le définit subtilement la stratégie de la France Insoumise : la France a les moyens de faire basculer les politiques en Europe, par un rapport de force pacifique et intelligent . Elle a les moyens de renverser les politiques économiques absurdes d’austérité et d’œuvrer pour la définanciarisation de l’activité économique.

Par son poids démographique en Europe, sa puissance économique, sa diplomatie, par sa présence sur les 5 continents et par sa force linguistique, la France est capable de lancer au monde un message de paix, un espoir pour une meilleure répartition des richesses, pour une relocalisation de l’économie et pour être au premier plan du vrai combat que nous devons mener pour les générations futures : celui contre le changement climatique.

Pour cela, il nous faut un président de caractère, un président indécrottable, un président qui a de la gueule et des couilles 🙂

Jean-Luc Mélenchon pourrait être cet homme.

Alors oui, c’est ambitieux, je vous l’accorde. Cela ne sera pas facile de rompre avec le dogme libéral qui conduit vers des catastrophes écologiques, sociales et militaires. Il faudra tous s’y mettre !

Mais c’est en ayant des projets qu’on avance. En ayant une vision, en se projetant dans le futur, en rêvant.

C’est pareil quand on est entrepreneur !

Oui j’irais voter, depuis n’importe où dans le monde

Concluons sur le Call-To Action 🙂

J’en ai rencontré des expatriés et des grands voyageurs qui s’en foutaient totalement de la politique, et qui m’avaient avoué, avec fierté parfois, qu’ils ne votaient plus à aucune élection.

A ceux-là je leur dis : soyez pro-actifs ! (Clin d’oeil à Steven Covey : Les 7 habitudes des personnes qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent)

Faut pas déconner, voter, c’est pas la mer à boire… En quelques heures sur Youtube, on se fait déjà une bonne idée des programmes et des candidats, même depuis Tombouctou avec une connection 3G.

Et puis c’est intéressant une campagne, c’est même passionnant pour certains sujets ! Quand j’écoute un discours de Mélenchon, j’apprend beaucoup de choses. Et quand j’écoute Fillon, je comprend également mieux la vision libérale de la société. C’est très instructif une campagne de cette ampleur !

Le plus gênant, c’est qu’on est des fois à l’étranger durant les élections.

Et bien il suffit de faire confiance à un proche, si possible qui partage vos idées, pour aller voter pour vous. J’ai fait ma procuration en 10 minutes au Tribunal d’Instance de Dunkerque en août 2016, quelques jours avant de partir en Amérique Latine. Quoiqu’il arrive, ma maman pourra voter pour moi.

Mais je vous avoue qu’avec ce qui est en train de se passer autour de la France Insoumise, j’ai bien envie soit de rentrer avant le premier tour pour instruire et convaincre quelques amis indécis, soit avant le second pour fêter la victoire de l’intelligence collective, et le retour du sentiment de fierté d’être Français. Sentiment qui s’était fortement défilé depuis la victoire du Front National aux dernières élections européennes…

On verra bien. Il me reste quelques jours, et je prépare aujourd’hui mon sac en 8 minutes chrono en main 🙂

Je ferme la parenthèse politique sur mon blog, et ne la ré-ouvrirai pas d’aussitôt.

Voila, c’est fait. J’ai participé au débat et j’en suis fort content.

Sur ce blog, je veux avant tout vous aider à devenir des entrepreneurs libres, épanouis et digital nomads de surcroît. Mais j’avais envie de me remettre au clavier ce matin, car ce n’est malheureusement pas ici au Mexique que je peux partager mon enthousiasme. C’était du boulot, le billet m’a pris 2 jours entiers !

Quelles que soient vos idées politiques, vous ne pouvez pas nier que la France est le symbole international de la Révolution. Si nous y arrivons, le monde entier se rappellera ses cours d’histoire, et nous pourrions alors de nouveau transmettre le message universaliste propre à nos philosophes. Une nouvelle Révolution Française est à notre portée, citoyenne, pacifique et démocratique.

Aux armes – A vos bulletins de vote !