Reportage à Semuc Champey, depuis le petit village de Lanquin

Semuc Champey est un des sites naturels les plus remarquables d’Amérique centrale. Perdu dans la forêt tropicale du centre du Guatémala, et malgré qu’il ne soit pas facilement accessible, Semuc Champey est devenu un “incontournable”.

C’est un lieu que je n’avais pas eu l’occasion de visiter quand je vivais au Guatémala. Je viens de passer quelques jours à Lanquin, petit village situé à environ 12km de la réserve naturelle. J’ai enfin pu me baigner dans les eaux turquoises des piscines naturelles de Semuc.

Si vous êtes au Guatémala ou comptez y séjourner, vous trouverez dans ce reportage toutes les informations dont vous avez besoin pour votre visite, agrémentées bien sûr du récit de mes aventures sur place.

Semuc Champey est un lieu exceptionnel, mais s’y rendre demande un peu d’organisation.

Semuc Champey

Avant Semuc Champey, direction Lanquin :

Il y a de bonnes chances que vous vous rendez à la capitale avant votre séjour à Lanquin et Semuc Champey. Guatemala Ciudad est une ville qui a la réputation d’être dangereuse. Et pour avoir vécu au Guatémala, je vous confirme que ce n’est pas des bobards. On m’a raconté des histoires que je n’ai même pas envie de partager sur mon blog…

Certaines zones sont sûres, mais soyez tout de même prudent, surtout le soir. Je vous conseille de réserver un Taxi Amarillo, plus sûr que les taxis blancs. Il est fréquent que des taxis vendent ou louent leur licence à des malfrats qui n’ont qu’un objectif : dépouiller leurs clients. Beaucoup de Guatémaltèques préfèrent également les taxis jaunes.

Casa de Alvaro, Airbnb, Guatemala CiudadSi vous cherchez un endroit où loger à la capitale, je vous conseille l’appartement d’Alvaro, que vous trouverez sur Airbnb. C’est juste à côté de l’aéroport et de la zone 10 (bars, restaurants…). Alvaro est très accueillant et vous aidera pour votre voyage. Il prépare d’ailleurs son projet pour devenir Digital Nomad !

Ne vous fiez pas aux cartes pour estimer les distances et les temps de trajet. Surtout au Guatémala !

Se rendre à Semuc Champey n’est pas de tout repos. Depuis la capitale, je vous conseille de prévoir un jour pour vous rendre dans un premier temps à Lanquin, où vous pourrez facilement trouver un hôtel. Si vous êtes pressé, faites la visite le lendemain, très tôt le matin et vous pourrez continuer votre chemin vers votre prochaine destination en fin de matinée. Vous trouverez toutes les infos sur les transports à la fin de l’article.

Lanquin

J’ai séjourné plusieurs jours à Lanquin. J’aime bien prendre mon temps quand je suis en voyage. Et cela me permet également de vous proposer des articles complets.

Lanquin est un petit village guatémaltèque très paisible, très verdoyant, entouré de collines.

Quelques touristes, des tuk-tuks, des grottes connues pour leurs chauve-souris (allez-y vers 17h). Rien de très original, sinon l’authenticité d’un village guatémaltèque. On y voit que peu de touristes. Ils préférent en général rester dans leurs hôtels all-inclusives.

Lanquin

Lanquin

J’ai beaucoup discuté avec les habitants du village. Au bout du troisième jour, on me saluait à chaque fois que je traversais ses petites ruelles 🙂

Quelques coins sympas à Lanquin pour manger, boire un verre ou dormir :

Forcément, je vous recommande La Viña del Chef, l’hôtel-restaurant dans lequel j’ai séjourné 5 nuits. Les tarifs sont corrects, le restaurant est bon et pas cher, il y a une piscine et le personnel est fort sympathique. Ils passent également de la bonne musique. Ils ont d’ailleurs un panneau solaire raccordé à leur hifi en cas de panne de courant.

Pour aller boire un verre, la Fonda de chava est sûrement le meilleur endroit du village. Le bar est en bambou et se trouve à l’étage.

Fonda de Chava

Attention au Zephyr !

Je n’ai jamais vu autant de gringos touristes dans un bar d’Amérique latine. Encore pire que le Pool and Beer de Quetzaltenango (dont l’ambiance me plaît beaucoup par ailleurs) ou que les bars de San Pedro de la Laguna. Le seul Guatémaltèque que j’ai rencontré dans le bar, c’était le barman, et encore, il parlait en anglais… Maria et Franck, du personnel du Viñas Hotel, m’ont expliqué qu’on leur a refusé de consommer, pour cause de “just for guests, qu’ils ont facilement traduit en espagnol par “locales prohibidos“. INCROYABLE !

Zephyr, Lanquin

J’y suis resté une petite heure, ai bu 2 verres avec un couple Australien bobo-néo-hippie en tournée de 8 mois autour du monde.

Merci toutefois à celui qui m’a indiqué le chemin de retour, que j’ai traversé dans un noir complet, en allumant de temps en temps la lampe de mon smartphone. Au final, j’ai continué la soirée à déconner avec un groupe de Guatémaltèques buvant de la bière légère devant un tienda. 5Q la bière Brahva de 50cl, préférable au 25Q de la Negro Modelo plate que l’on m’a servie dans un verre au Zephyr.

Si vous voulez faire la fête avec des Guatémaltèques, à la guatémaltèque, demandez à un tuk-tuk de vous emmener au Guayaja (prononcé “gouayarra“). C’est moins clean et vous y rencontrerez des gens bizarres, mais vous y ferez l’exception touristique. A votre arrivée, discutez directement avec Daniel pour trouver un moyen de rentrer au village (15 minutes en tuk-tuk). Au pire, il y a quelques simples bungallows à 50Q la nuit.

Pour manger, il n’y a pas énormément de choix à Lanquin. Vu que le resto de l’hôtel était bon, j’y ai mangé un bonne partie de mon séjour. Comptez 30Q pour un plat avec du riz, des légumes et une viande. Même tarif pour un petit déjeuner.

Petit déjeuner Chapin

Petit déjeuner Chapin

Ici, la spécialité, c’est le caldo de chunto. Par contre, c’est un plat qu’on ne prépare que pendant les festivités locales. Pas facile d’en trouver. Sur le site de Semuc Champey, vous en trouverez mais ça va vous coûtez bonbon, genre 10 euros la soupe !

Si vous êtes à Lanquin quelques jours et que vous cherchez à manger plutôt équilibré, je vous conseille le comedor Shalom, près de l’hotel Rabim Itzam. 20Q pour un menu.

Comedor Shalom

Attention aux faux amis !

Comme en anglais, la langue espagnole compte une multitude de faux-amis, ces fameux mots qui ne signifient pas ce qu’on croit. On pourrait traduire “comedor” par cantine en français. Par contre, je vous déconseille les “cantinas“, à moins que vous ayez une tendance pour le voyage gonzo. Les cantinas sont des bars pas chers, dans lesquels les “borachos” (littéralement les bourrés, ou les ivrognes) viennent picoler, s’offrir les services de prostituées bon marché et écouter de la musique mexicaine au Jukebox. Si on vous propose de rentrer dans un cantina, réfléchissez-y en 2 fois et préférez les “comedores”.

Semuc Champey et ses piscines naturelles

Semuc Champey est un endroit sacré des Mayas, une des merveilles guatémaltèques. Pour visiter le site en évitant les foules, allez-y le plus tôt possible. Rien de tel que le calme matinal pour visiter ce lieu d’exception. Il vous faudra prendre un pickup depuis l’avenue principale du village. 45 minutes de route pour arriver sur le site, et ça secoue pas mal. Préférez un 4×4 si vous voyagez avec des enfants. Les Guatémaltèques eux-mêmes leurs interdisent de monter dans les pickups pour aller à Semuc.

Semuc Champey

Semuc Champey

Semuc Champey

Semuc Champey

Semuc Champey

Semuc Champey

Semuc Champey

Après être monté jusqu’au mirador, puis redescendu, vous serez sûrement dégoulinant. Le moment sera alors parfait pour aller vous détendre dans les “pozas” (les piscines naturelles). D’ailleurs, n’oubliez-pas de prendre de quoi vous baignez.

Hôtels-restaurants aux portes de Semuc Champey :

Lors de mes préalables recherches d’hôtels proches de Semuc Champey, j’étais tombé sur “Las Marias“. Pas de wifi là-bas, alors j’ai abandonné… J’aime voyager en mode “roots“, mais avec du wifi… Mon métier l’oblige ! Les bungalows de Las Marias m’avaient l’air très confortables. C’est quand même plus rude que de loger à Lanquin. Notamment pour l’électricité. Ici, ça tourne avec de l’électrogène, et donc à 21h-22h, plus de courant. Il fait très chaud mais on est à 5 minutes à pied du site.

On m’a également beaucoup parlé de l’éco-hôtel Utopia, tenu par des Français m’a-t-on dit. Fort recommandable si vous voyagez en couple. C’est paumé en pleine jungle mais ce n’est pas loin du site.

Voilà d’ailleurs une vidéo qui donne envie :

Conflits sociaux liés à Semuc Champey

Selon un décret de loi, 30% des revenus générés par le site doivent être reversés aux communautés environnantes pour “améliorer leur niveau de vie“. Semuc Champey ramasse assez d’argent tous les mois pour que des responsables corrompus trafiquent les comptes. Au Guaté, quand les autorités ne s’occupent pas des problèmes, c’est les citoyens qui prennent le relai. En septembre 2015, plus de 1000 personnes ont occupé le site, exigeant leur dû. 3 mois plus tard, 300 personnes y retournèrent pour expulser la police nationale civile et les membres de la CONAP (Conseil National des réserves naturelles du Guatémala). On ne rigole pas là-bas !

La destruction des terres arables de la région provoquée par l’extraction massive de nickel, ainsi que l’exploitation d’un barrage hydro-électrique n’arrange pas les choses. Plusieurs plaintes ont été émises pour pollution des eaux et l’on m’a même expliqué que l’activité du barrage avait des conséquences nocives sur le niveau des eaux de Semuc Champey. Et lutter contre Bosch Gutiérrez, une des plus riches multinationales d’Amérique Centrale, propriétaire du barrage, c’est une autre histoire… Renseignez-vous donc avec les Guatémaltèques sur la situation sociale de Semuc Champey et des communautés alentours car ça peut vite partir en vrille.

Pour aller plus loin, voici un article en espagnol qui résume bien la situation : http://comunitariapress.blogspot.mx/2013/04/empresas-extractoras-de-niquel-e.html

Bien organiser son voyage à Semuc Champey

Je vous ai préparé une carte avec les informations dont vous avez besoin pour vous y rendre :

De Guatemala Ciudad à Semuc Champey

De Guatemala Ciudad à Semuc Champey

De Guatémala à Cobán : la compagnie de bus Monja Blanca assure le voyage de la capitale jusqu’à Cobán. On vous dira 4h, comptez-en plutôt 5. Les bus sont classiques, assez confortables et n’échappent pas à la curieuse habitude des chauffeurs guatémaltèques (et mexicains également) d’activer à fond l’air conditionnée. Prévoyez donc un pull.

Vous trouverez la station de bus en suivant ce lien. Horaires et réservations sur leur page Facebook. Comptez 75Q depuis le centre, 50Q depuis le Centro Norte.

De Cobán à Lanquin :
Il n’y a à cette heure qu’un seul groupe de microbus qui assure le trajet de Cobán à Lanquin et vice-et-versa. Vous les trouverez ici. Cobán est considérée comme une ville bien plus sûre que la capitale. Vous pouvez prendre un taxi.

Avez-vous assez de Quetzales ?

Il n’y a pas de distributeur automatique à Lanquin. Et si vous voulez faire du change dans une banque, vous allez lâcher plus de 20% de commissions ! Retirez à la capitale. Vous pouvez également faire une halte au centre commercial Plaza Magdalena de Cobán.

De Lanquin à Semuc Champey :

La majorité des touristes, étrangers ou guatémaltèques, se rendent sur le site de Semuc Champey en pickup depuis Lanquin. C’est 10-15Q pour les locaux, 25Q ou plus pour les étrangers. Ne chipotez pas sur les tarifs. Le tourisme est une des principales ressources financières pour les locaux.

Le Guatémala, une destination d’aventurier ?

Ce voyage à Lanquin et à Semuc Champey confirme bien que le Guatémala est une “destination d’aventurier”. Passez quelques semaines au Guaté et vous verrez que c’est bien roots, plutôt physique… Vous aurez également de bonnes chances de connaître des galères, comme mon bus qui est tombé en panne sur la route du retour. C’est aussi ça le voyage !

Les volcans du Sud-Ouest (l’ascension du Santa Maria reste mon meilleur souvenir du Guaté), le Lac Atitlán, la ville coloniale de Antigua, l’improbable Livingston, les plages de Monterrico, le site Maya de Tikal… Le Guatémala est décidemment une superbe destination pour un voyage de plusieurs semaines, ou une immersion de plusieurs mois.