De retour au pays des tacos et des mariachis

Avec tout le travail que j’ai abattu ces derniers mois, j’ai oublié de vous tenir au courant de mes projets, de vous expliquer comment se passent mes voyages de nomade digital ou de vous préciser où est-ce que j’étais en ce moment pour d’éventuelles rencontres de blogueurs et d’entrepreneurs. Un peu comme ce bilan que j’avais écrit l’été dernier, je profite de mon retour au Mexique pour faire le point sur mes aventures, et remet au centre de mon blog ce qui en est sa source d’inspiration depuis le départ et ce qui représente tout son intérêt : le Projet Kalagan.

Cuisine mexicaine

Des derniers mois très difficiles pour la blogosphère

Si vous êtes blogueuse ou blogueur et que vous suivez un temps soit peu ce qui se passe dans la blogosphère, vous n’avez pas pu passer à côté des représailles que Google a mis en place contre les sites internet qui vendent des liens sponsorisés. Un coup dur pour la blogosphère, et notamment pour les blogueurs professionnels qui ont pour beaucoup vu ces derniers mois et dernières semaines leur chiffre d’affaire crouler à grande vitesse. Je vous l’avoue et me repens : oui, j’ai aussi vendu des liens sponsorisés comme beaucoup de blogueurs. Mais contrairement à une majorité d’entre eux, les liens sponsorisés n’étaient pas mon unique source de revenu. En premier lieu, je suis un webmaster confirmé, avec assez d’expérience et de compétences pour facturer mes prestations à 60 euros de l’heure ou plus. Ceci dit, vu que je vis souvent à l’étranger dans des pays où le coût de la vie est moins élevé qu’en France, mes devis sont bien moins onéreux.

J’ai donc revu ma stratégie de monétisation, réfléchi à d’autres sources de revenu, d’autres projets, d’autres tarifs… J’ai modifié de nouveau ma manière de travailler pour être encore plus efficace et même revu mon planning de voyage. Sachez que je ne me considère pas comme un blogueur voyageur. Le voyage n’est pas au centre de mon activité. J’aime beaucoup le voyage mais ce qui m’importe le plus, c’est d’être géographiquement libre et de pouvoir gérer mes activités sur internet depuis où je veux. Cette fin d’année sera donc plutôt consacrée au travail qu’au voyage.

Un voyage professionnel d’un mois en Colombie

Je reviens à peine d’un voyage d’un mois en Colombie. Ce n’est plus un secret pour ceux qui me suivent maintenant : depuis la nouvelle version d’Instinct Voyageur, incontournable dans la blogosphère du voyage, je suis devenu le copilote du blog de Fabrice. J’ai donc rejoins Fabrice dans son QG colombien, à Bucaramanga, pour que nous travaillons sur Instinct Voyageur, mais aussi sur un autre projet qui n’est pas encore en ligne. En inédit, un premier lien pour être au courant de ce que nous préparons ensemble. J’en dirai plus dans un prochain article dédié au lancement de notre projet. Mais je peux vous dire déjà qu’en Colombie, avec Fabrice, on a pas chômé ! Quand je vous dis que c’était un voyage professionnel, on est très loin de l’euphémisme !

Retour à Mexico, mon second quartier général après Lille

J’ai vécu dans la Zona Rosa, dans les colonies Guerrero, Benito Juárez, San Angel ou plus au sud, dans la délégation de Tlalpan. Je commence à connaître un peu la Roma, la Condesa et le centre historique. J’aime aussi beaucoup me balader autour du bois de Chapultepec. DF est devenu mon second quartier général après Lille. Ma petite amie mexicaine vit là-bas (vous avez peut-être remarqué dans certains articles la présence de “mi dulce”) et je dois bien avoir accumulé ces 2 dernières années quasiment 10 mois au Mexique, dont 6 à la capitale.

J’ai emménagé il y a quelques jours dans un appartement en plein centre-ville (de nouveau merci à AirBnb), à quelques centaines de mètres de la prestigieuse avenue de la Reforma, au pied du Parc central Alameda, sur lequel j’ai une magnifique vue depuis la terrasse. Un endroit idéal pour travailler et continuer à découvrir la ville. Je pense me mettre à l’Ecobici. Cela me permettrait de me rendre en une dizaine de minutes à Chapultepec, l’endroit le plus verdoyant de la ville. Voici quelques photos de mon nouveau coin de paradis :

Le salon de mon hôte Airbnb

Le salon de mon hôte Airbnb

Kalagan en pleine action

Kalagan en pleine action dans sa chambre-bureau

Pilu, le petit chaton

Pilu, le petit chaton

Vue sur le parc Alameda Central, depuis la terrasse

Vue sur le parc Alameda Central, depuis la terrasse

2014 sera une de mes plus grosses années de travail

Après avoir travaillé sur la nouvelle version d’Instinct Voyageur, celle de Voyageurs du Net, actuellement sur mon nouveau projet avec Fabrice, je m’attaque depuis quelques mois à une nouvelle version de Kalagan.fr, cette fois-ci bien plus professionnelle. J’ai pour intention de sortir du lot avec un blog qui sera à l’image de mon expérience de webmaster et des compétences que j’ai acquis sur tous les projets pour lesquels j’ai travaillé. Ce sera une version plus réfléchie, à mi-chemin entre le blog et le site vitrine. Kalagan.fr sera donc le fruit de tout ce que j’ai appris en terme de développement Web, de référencement, de webmarketing, de taux de conversion, de publicité, d’affiliation… Pour voir large, et parce que c’est la règle en informatique, je pense publier cette nouvelle version en septembre 2014. J’ai du pain sur la planche !

M’installer au Mexique … Pourquoi pas ?

Je suis encore bénéficiaire de l’ACCRE, une aide fiscale proposée aux entrepreneurs qui débutent leur activité. Je viens de passer la troisième année d’activité et le montant des cotisations pour des prestations de service est passé à 18,5% du chiffre d’affaire. Si on travaille avec des sous-traitants et qu’on investit une partie de ses bénéfices pour développer son activité, la facture commence à devenir salée en comparaison au bénéfice NET. Mon article sur la domiciliation de son entreprise à l’étranger a suscité beaucoup de réactions et apparemment, je ne suis pas le seul à vouloir franchir le pas. J’y songe depuis longtemps, mais dans un premier temps, il est obligatoire pour être en phase avec la loi de se domicilier personnellement à l’étranger. J’aime le Mexique, ma petite amie y vit, Mexico est une capitale impressionnante, très vivante, beaucoup moins chère que les grandes villes en France, l’offre de logement est énorme (on y trouve plus de 1000 locations sur Airbnb) et l’impôt sur les revenus provenant d’une société étrangère est progressif. Alors pourquoi ne pas m’y installer même si ce n’est que pour quelques années ? Un visa de résidence temporaire au Mexique dure 4 ans. Il me faudra aussi souscrire à une assurance voyage pour expatrié. J’ai étudié les offres de Mondial Assistance, de Chapka Assurance et de Mondassur. Il faudrait que je fasse un comparatif pour voir ce qu’il y a de mieux pour un nomade digital. J’ai prévu cela pour bientôt. Il y a aussi une chose que je dois prendre en compte si je m’installe en Amérique latine : les vols pour l’Afrique et l’Asie sous plus chers depuis l’Amérique que depuis l’Europe. Mes réflexions doivent encore mûrir car ce n’est pas facile de franchir le cap de l’expatriation. Affaire à suivre… Je commence d’ailleurs la semaine prochaine un mastermind avec plusieurs entrepreneurs à ce sujet. Contactez-moi si vous voulez y participer.

Ah oui, j’oubliais les tacos et les mariachis ! Les voici :

Quesadilla de chapulines

En fait, c’est pas un taco, c’est une quesadilla de chapulines 🙂

Kalagan mariachi

Et voici un mariachi franco-mexicano kalaganesque 😉