Travailler au soleil à Mazunte, Mexique et pourquoi pas s’y installer ?

En provenance du Guatémala, sur la route de Mexico (on l’appelle en espagnol District Federal), la côte pacifique sud du Mexique m’a semblé un peu morne, très sauvage et sans grand intérêt, jusqu’au jour où nous fûment invités à rejoindre Mazunte, petite bourgade touristique de moins de 1000 habitants. Itzal y connaît une amie belge qui habite à Veracruz et qui vient prendre ses vacances là-bas. Nous y restions 2 semaines dans une auberge de surfeurs, qui fait aussi restaurant : La Empanada. De quoi me donner quelques envies de sédentarisme…

Lever de soleil à Mazunte, Mexique

Lever de soleil à Mazunte, Mexique. Voilà ce qui m'a donné envie d'y rester 3 mois !

Travailler au soleil et profiter au quotidien de l’océan

Nous venions de passer 3 mois à Quetzaltenango, sous les températures un peu fraîches des montagnes guatémaltèques. La plage et le soleil me manquaient un peu et Mazunte était l’endroit idéal pour une pause dans notre itinéraire vers la capitale. Malgré une connexion internet chaotique (et lorsqu’on doit voyager tout en travaillant sur internet, c’est assez problématique), j’ai su adapter mon travail à la lenteur de la connexion. L’endroit est tellement sympa, les plages sont tellement belles et la vie est tellement relaxante que je pouvais bien m’octroyer une pause de 2 semaines. Surtout que tous les jours, j’allais me dégourdir les jambes en courant sur la plage et me baigner si l’océan le voulait bien. J’ai de nouveau eu quelques frayeurs dans ces vagues qui parfois repoussent violemment tous les baigneurs qui veulent s’y aventurer.

Plage déserte au Nord de Mazunte

Plage déserte au Nord de Mazunte

Mazunte, la Punta Cometa

Mazunte, la Punta Cometa

Mazunte, petit village touristique, aux convictions écologiques

Mazunte est un petit pueblo assez propre, qui gère correctement ses déchets, qui compte de nombreuses cabanes en bois et boutiques où l’on vend des produits écologiques et locaux. On y croise des surfeurs, des hippies, beaucoup d’étrangers, de musiciens. Quelques bars très sympas, des restaurants, des auberges et des panaderias (notamment La Baguette, qui vend de délicieux pains à 12 pesos et un gâteau banane-chocolat digne des meilleures pâtisseries guatémaltèques du lac Atitlan). Mazunte est un mini village-vacance, où le coût de la vie est moindre, et dont l’ambiance m’a questionné sur l’éventualité d’y rester quelques temps pour vivre au soleil.

La boulangerie "La Baguette", de Mazunte

La boulangerie “La Baguette”, de Mazunte

L'auberge "La Empanada" de Mazunte

L’auberge “La Empanada” de Mazunte

Fresque murale de "La Empanada"

Fresque murale de “La Empanada”

S’installer à l’étranger et travailler au soleil toute l’année

C’est dans ce genre d’endroit qu’on rencontre des voyageurs qui finalement se sont installés pour vivre à l’étranger. Avec Mikaël, on s’est posé plusieurs fois la question sur l’intérêt d’y établir un petit business. Cela a d’ailleurs été le sujet d’une longue conversation avec un italien, dont le rêve était de gérer un hôtel ou un restaurant depuis un petit paradis comme Mazunte. Il a finalement renoncé à cette entreprise quand il a réalisé que la rentabilité n’était pas aussi forte que celle qu’on peut espérer dans des pays occidentaux. En effet, à part pour quelques mois de l’année, Mazunte est un village très calme, qui connaît des périodes touristiques très creuses, des saisons des pluies, des catastrophes naturelles… Mikaël a tout de même interviewé plusieurs gérants d’auberges, de restaurants ou de bars. Il en résulte que des activités comme celles-ci demandent beaucoup de travail, ne sont pas des mannes financières flagrantes, concordent plutôt avec des envies de vie peinarde et sont à la merci d’un pari d’entrepreneur, notamment sur l’emplacement et le développement de l’activité touristique d’une ville ou d’un village.

Nous nous imaginions dès les premiers jours avoir notre petit business au bord de la plage, vivre dans une colocation à l’étranger, créer notre réseau social dans ce petit village mais je me suis rapidement aperçu des contraintes que cela imposait. En premier lieu viennent les questions de faisabilité : investissement, propriété, budget prévisionnel, rentabilité… puis viennent ensuite les questions par rapport à notre relation avec la France. Sommes-nous capables d’aller vivre à l’étranger et de couper toutes relations, tout du moins physique, avec la France, en ne rentrant que 1 ou 2 fois par an dans notre pays où vivent notre famille, nos amis, où se perpétue notre culture et notre politique. Dernier point marquant au bout de 2 semaines : sommes-nous prêt à ne côtoyer que des personnes qui sont en vacances alors que nous, on travaille ? Voilà un sujet très intéressant que j’aimerai développer et étudier durant mon voyage en Amérique latine.

Mazunte reste un endroit très agréable où nous sommes restés 2 semaines. Quelques semaines en plus ne nous auraient d’ailleurs pas fait de mal. Nous avons aussi visité à plusieurs reprises la ville la plus proche, Pochutla et nous nous sommes offerts une excursion dans le village écologique et communautaire de La Ventanilla.

Plage de La Ventanilla, près de Mazunte

Plage de La Ventanilla, près de Mazunte

Crocodille dans la mangrove de La Ventanilla, près de Mazunte

Crocodille dans la mangrove de La Ventanilla, près de Mazunte

Mazunte n’est pas le premier endroit qui m’a fait réfléchir quant à la possibilité d’y venir travailler au soleil. C’est aussi le cas du village magique de Bacalar.

Et vous, chers lecteurs, avez-vous déjà eu des coups de cœur pour des endroits paradisiaques lors de vos séjours à l’étranger, pendant lesquels vous vous êtes posés la question suivante : pourrais-je m’y installer pour quelques années ?