Voyage au Cameroun, le declic

Avril 2009 : il était temps pour moi de me décrocher un peu de mes habitudes sédentaires, de mettre un sac à dos, un chapeau pour tourner Indiana Jones et la première croisade. Destination : le Cameroun (appelé aussi la petite Afrique). Ce pays réunit la plupart des climats et des végétations africaines. Tous les jours y vivent environ 215 ethnies différentes ! Rien de tel pour découvrir le continent et ses habitants. Un défi de taille nous y attendait : 3 jours dans la jungle équatoriale, pour l’ascension du Mont Cameroun.

Voyage au Cameroun

Grâce à Eloïse, colloc et compagne d’aventure, et ses parents, qui travaillent depuis quelques mois à Edéa, ville industrielle du Cameroun, nous décidions d’aller voyager près de l’équateur, pendant 2 semaines, et de vivre une vraie aventure de globe trotter.

Un voyage réussi est un voyage bien préparé

La préparation est la première partie du voyage. C’est en commençant à surfer sur des sites de voyageurs, à acheter les premiers équipements, à faire les premiers vaccins et à contacter les premiers camerounais qu’on commence à sentir les émulsions chimiques que provoque le voyage. D’autres parts, l’Afrique tropicale, c’est pas le club Med. Dans un premier temps, il faut se préparer physiquement : sport, course, “entretien technique”, hygiène de vie, sommeil, nourriture, … Un européen moyen ne connaît pas la faim, ni la soif. Alors un petit régime avant d’entreprendre un voyage comme celui-là n’est pas de refus. Ensuite, viendrons les vaccins, la malarone (pour le paludisme), puis le passeport, le visa, le billet d’avion, la réservation de train, l’achat d’un sac de randonnée, de bonnes chaussures et pour finir, la pose de congés : c’est à partit de ce moment que je me suis dit “c’est bon, je vais au Cameroun”.

Un itinéraire tracé

Nous nous sommes fixés avant de partir un certains nombres d’ étapes de voyage. Nous avions tout de même gardé une certaine flexibilité dans le parcours. Par exemple, nous devions passez 2 jours dans la jungle de Korup, hébergés dans des éco-cases, mais on nous a dit que pour longer la côte en bateau, il fallait une escorte militaire, suite à des conflits de territoire avec le Nigéria : on ne voulait pas prendre de risques, alors nous n’y sommes pas allés. Ci-dessous, notre itinéraire depuis notre arrivée à Douala :

Itinéraire Cameroun

Ascension du Mont Cameroun

Le Mont Cameroun est le point culminant de l’Afrique de l’Ouest. Ce volcan de 4095 m de hauteur est toujours en activité et connaît des éruptions tous les 3 à 5 décennies. La dernière date d’Avril 1999. Le Cameroun doit son nom au volcan : en 1472, les portugais découvre à l’embouchure du fleuve Wouri des crevettes en abondance. Ils baptisèrent ce fleuve « Rio dos Cameros ». En fil des années, Cameros devînt Cameroun.

Grâce à Mount CEO, l’organisation d’écotourisme du Mont Cameroun, nous voilà réuni avec Mathias, le guide, Peter et Williams, les porteurs pour une aventure de 3 jours sur le volcan, territoire de jungle volcanique. Début d’une expérience inoubliable, au départ Bokwango, à 800 mêtres d’altitude :

De Limbé à Edéa

Après 3 jours de marche dans la jungle, nous méritions bien 2 journées de repos sur les plages de l’océan. Nous y avions réservé un hôtel, à l’embouchure d’une rivière. Les plages de sable noir de Limbé sont paradisiaques et les habitants très chaleureux. Nous y découvrons aussi les taxi-brousses et le magnifique jardin botanique de Limbé. 2 jours plus tard, quelques heures de taxi et d’embouteillages nous conduirent à Doula, puis à Edéa. Nous y rejoignions Patrick et Marie Jo, les parents d’Eloïse, pour découvrir le monde des expatriés camerounais et honorer dans les rue d’Edéa la fête du travail.

Les plages de Kribi, le fleuve et les chutes de la Lobbé

Notre prochaine destination se trouvaient au Sud du pays, à l’entrée de l’immense jungle d’Afrique centrale. Une ville de pécheurs, un marché au poisson et le fleuve qui vient se jeter au bord d’une plage magnifique. J’y serais bien resté un peu plus longtemps …

L’association Papaye France

Pendant mes recherches sur les associations écologiques au Cameroun, je suis tombé sur un documentaire concernant le braconnage au Cameroun. On y parlé d’une association de protection des chimpanzés : Papaye France. Nous avions pris contact avec eux pour un “monkey trip” de 3 jours sur les îles de Pongo :

Retour en France

Rien de plus dépaysant qu’un voyage au Cameroun : des paysages magnifiques, un climat très chaud, des blacks à gogo, de la jungle à volonté et quelques joutes avec nos ancêtres les chimpanzés. Mais cessons la nostalgie, retournons en France et préparons avec audace mon voyage autour du monde !