La tour Latinoamericana, à Mexico

Près de la Torre Latinoamericana, à Mexico

Bienvenue sur mon blog d!

Je réponds au nom de Kalagan, j’ai la trentaine et je suis ce qu’on appelle un digital nomad (ou « nomade digital » quand c’est françisé). Je suis originaire de la région dunkerquoise, plus précisemment de Bray-Dunes, la ville septentrionnale de France, à la pointe du Nord. J’ai créé ce blog en 2009 pour raconter mes premiers grands voyages et donner des conseils aux internautes pour travailler sur internet tout en voyageant. Je tire mes revenus exclusivement de mes activités professionnelles sur internet et je ne reste que très rarement plus de 3 mois au même endroit.

Aujourd’hui, je suis reconnu dans la blogoshpère comme un des nomades francophones les plus expérimentés et je donne sur ce blog des conseils chaque semaine à des milliers de lecteurs.

Qu’est ce qu’un digital nomad ?

Voici donc ce qui me caractérise le mieux, qui est l’essence même de mon blog, qui me différencie des autres blogueurs, qui me motive à écrire et qui est en quelque sorte ma source d’inspiration :

« Un digital nomad est un individu géographiquement libre qui exploite les technologies numériques et mobiles pour exercer ses activités professionnelles sur internet, et plus généralement, procéder à un mode de vie de manière nomade. Ce nouveau type de voyageur travaille à distance depuis ses domiciles temporaires, depuis des endroits publics, des bibliothèques, des hôtels, des bars ou restaurants, des espaces de coworking… Il utilise également des outils informatiques spécifiques pour travailler avec ses collaborateurs de part le monde » – Traduction adaptée de la version anglaise de Wikipédia.
Bureau nomade

Mon bureau nomade en 2012

J’entretiens ce mode de vie depuis plusieurs années. J’utilise des services et logiciels qui permettent de travailler de manière dématérialisée et collaborative. J’ai adapté mes méthodes de travail et de productivité, mes stratégies de monétisation, la gestion administrative et comptable de mes activités… J’ai appris à travailler avec des prestataires étrangers et je profite aussi de mes voyages pour proposer des prestations de reporter à des professionnels du tourisme.

Si vous êtes intéressé par ce mode de vie, abonnez-vous à mon blog. Je pense vraiment être la personne qui a le plus travailler sur ce sujet. Sachez qu’il n’y a pas qu’une seule forme de nomadisme : j’ai rencontré des digital nomads qui sont toujours sur les routes, d’autres, plutôt comme moi, aiment rester plusieurs semaines voire plusieurs mois aux mêmes endroits. D’autres ont des modes de vies qui s’apparentent plutôt à ceux des expatriés. Vous pouvez devenir le digital nomad que vous voulez…

Inscrivez-vous sur le blog

Je vous envoie GRATUITEMENT les meilleurs articles, le podcast, toutes les ressources… Et vous continuez votre lecture, sans rechargement de la page.

Je suis avant tout un professionnel du Web

Je ne vais pas non plus vous sortir mon CV, mais sachez qu’en terme d’expériences et de compétences Web, je suis loin d’être un débutant. Je suis passé par les cases startup, SSII du CAC40, freelancer, formateur, journaliste amateur… J’aime me définir, pour simplifier les choses, comme un webmaster confirmé, mais le voyage et l’écriture font également parti des mes perspectives. Pour résumer, voici quelques-unes de mes compétences :

  • Expert WordPress : nous sommes dans l’ère de WordPress. La majorité des blogs et de nombreux sites internet, même parmi ceux qui générent le plus de trafic, utilisent WordPress. WordPress diminue les coûts de développement, dispose d’une communauté forte, de mises à jour régulières et compte des milliers de plugins professionnels. Sécurité, performances, personnalisation… Si vous utilisez WordPress pour votre business, nous nous entendrons bien 🙂 L’entretien Skype de 30 minutes, c’est par ici ;
  • Organisation, productivité et travail collaboratif : je suis un vrai maniaque de l’organisation et de la productivité. Le fait de travailler depuis l’étranger, parfois en voyageant, m’a donné le goût de l’efficacité. J’utilise et perfectionne au quotidien des dizaines de méthodes de travail et je me sers des meilleurs outils pour travailler sur internet ;
  • Acquisition de trafic : j’ai beaucoup d’expérience dans le référencement et l’acquisition de trafic. J’utilise les techniques les plus rentables en terme de temps investi / résultats. J’utilise le même principe pour les réseaux sociaux : je n’utilise que les méthodes, pas toujours traditionnelles, pour gérer efficacement les réseaux sans y passer un temps fou.
  • Stratégie de monétisation : j’ai à peu près tester tout ce qui existe en terme de monétisation d’un blog : articles sponsorisés, publicité au CPM, au CPC, à l’abonnement, affiliation, vente de produits ou de services, piges… Je travaille aussi beaucoup avec l’emailing : techniques de captation, taux de conversion, follow-up, broadcast

Je voyage à temps plein depuis 2011

Je ne vais pas ici vous faire découvrir mon parcours du voyageur. Sachez que j’ai quand même bien baroudé en France, en Europe, en Afrique et en Amérique latine. Je n’ai pas une vision touristique du voyage, et je voyage de préférence en immersion. Plutôt que de longues phrases, voici une sélection de quelques photos aux 4 coins du monde :

Chutes de Krka, en Croatie

Chutes de Krka, en Croatie

Le volcan Santa Maria, au Guatémala

Le volcan Santa Maria, au Guatémala

Île de Pongo, au Cameroun

Île de Pongo, au Cameroun

Lac Nakuru, au Kenya

Lac Nakuru, au Kenya

Orphelinat de Lynsi Love, au Kenya

Orphelinat de Lynsi Love, au Kenya

Lac Bunyonyi, en Ouganda

Lac Bunyonyi, en Ouganda

La laguna de Bacalar, au Mexique

La laguna de Bacalar, au Mexique

Je suis un adepte du minimalisme et de la simplicité volontaire

Être nomade digital demande d’avoir un mode de vie très particulier auquel j’ai passé plusieurs années à m’adapter. Voici quelques-uns des mes principes fondamentaux :

  • Vivre mieux avec moins (Less is more) : je ne possède que très peu de biens matériels. Mon sac à dos ne pèse que 14kg (cela devient vraiment extrème de faire moins, je n’y arrive pas). La contrainte matérielle est quelque chose qu’on ne soupçonne que très peu, mais se libérer de celle-ci apporte beaucoup et permet de favoriser l’Être à l’Avoir.
  • Je hais littéralement les voitures personnelles : la voiture fait partie des grands maux de notre époque. Elle fut responsable de l’avènement du travail à la chaîne, du développement du capitalisme, diminue l’espérance de vie, coûte cher, sacage toutes les grandes villes du Monde, pollue l’atmosphère, l’environnement sonore et visuel… C’est pour moi le fléau de notre ère, plus que tout. Merci les Américains… Je me suis juré de ne jamais en posséder. Comment je me déplace ? Et bien en vélo pardi !
  • L’indépendance professionnelle à tout prix : c’est pour moi d’une importance cruciale. C’est sûrement ce qui aujourd’hui m’importe le plus : être professionnelement libre, ne pas avoir d’horaires fixes, pouvoir me reposer le jeudi (oui, le jeudi, c’est mon jour de repos hebdomadaire), ne pas vivre au quotidien le métro-boulot-dodo. Je préfère cent fois m’adapter à des revenus vacillants, même parfois peu élevés que de dépendre d’un salaire et d’un patron. Je ne serai certainement pas contre une mission de quelques mois, mais je ne suis en aucun cas carrièriste, et encore moins routinier.
  • J’ai choisi de vivre de simplicité volontaire au quotidien : comme tout le monde, je vais devoir travailler pour gagner de l’argent tout ma vie. Alors autant prendre de bonnes habitudes tout de suite : dépenser peu pour pouvoir travailler moins, gagner en temps libre, en épanouissement personnel et en liberté.
  • Je privilégie la vie communes à la vie individuelle : je n’ai jamais eu de voiture, j’utilise toujours les transports en commun ou le covoiturage. Je n’ai pas vécu seul depuis plusieurs années, toujours en colocation. Quand j’ai besoin d’un service particulier, j’appelle d’abord des amis avant de payer une entreprise. Je n’achète que très peu d’objets neufs et essaye toujours de passer par le marché de l’occasion. J’essaye de conserver les objets que j’achète le plus longtemps possible et ne les changent qu’en dernier ressort. Et quand je ne les utilise plus, je les revends ou les donne plutôt que des les jeter.

Vous en savez un peu plus maintenant sur mon mode de vie et sur tout ce qui fait l’originalité de mon blog.

Alors pour finir, pourquoi m’appelle t-on Kalagan ?

La grande majorité des spécialistes du blogging ou du webmarketing vous diront qu’il faut afficher sur son blog, nom et prénom, pour rassurer les visiteurs et donner un coté personnel à son oeuvre. J’ai décidé d’enfreindre cette règle, principalement pour 2 raisons :

La première, c’est que, et bien le surnom de Kalagan, je l’aime bien. Apparemment, il me va comme un gant, et j’aime qu’on m’appelle ainsi. Alors pourquoi ça ne pourrait pas être le nom de mon blog, de mon projet et de mon « moi virtuel » ?

Sur la plage de la Ventanilla

Ce surnom vient d’un film de John Wayne, où celui-ci interprète un inspecteur qui résoud toutes les affaires, d’où le fameux « Bien joué Kalagan », que je répétais à la FAC à chaque fois que je trouvais les solutions d’un problème informatique. Merci à mon pote Nanex d’avoir démocratiser ce surnom.

La deuxième raison pour laquelle je préfère me présente sur ce blog comme Kalagan est plutôt d’ordre professionnel. En tant qu’entrepreneur, je préfère garder l’anonymat quant à mes projets nomades, pour ne pas effrayer certains clients ou partenaires un peu trop curieux sur Google, qui ne partageraient pas avec moi le mode de vie auquel j’aspire. Cependant, la plupart de mes clients aujourd’hui connaissent mon blog.

Mon blog est avant tout une mine d’informations, de conseils et d’astuces pour les entrepreneurs qui désirent dématérialiser complètement leur entreprise, devenir géographiquement libre et vivre où bon leur semble.

J’ai créé également ce blog pour partager mon projet de vie technomade avec mes amis, ma famille, les technomades francophones du monde entier, les personnes qui m’accompagnent de temps à autre dans mon périple, celles que j’y croise et toutes celles qui aspirent à une liberté dont je jouis entièrement aujourd’hui : celle d’être géographiquement libre.

Inscrivez-vous sur le blog

Je vous envoie GRATUITEMENT les meilleurs articles, le podcast, toutes les ressources… Et vous continuez votre lecture, sans rechargement de la page.

84 commentaires ont été publié sur ce billet

Vous pouvez participez à la discussion en ajoutant le vôtre.

                                                              Laisser un commentaire

                                                              Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *