12

1 mois dans un orphelinat en Afrique, au Kenya

Je ne suis pas prof, je ne parle pas kiswahili, mon anglais est très moyen et pourtant, j’ai donné des cours dans un orphelinat au Kenya pendant plus d’1 mois, en tant que volontaire.

J’ai ainsi déterré mes anciens souvenirs de maths, perfectionné mon anglais, partagé le quotidien de professeurs cultivés et drôles, découvert l’ambiance de l’éducation africaine et participé à une expérience de vie kenyane unique. C’est ainsi que s’est terminé mon voyage de 3 mois au Kenya, par une mission de bénévolat en tant que professeur dans un orphelinat de la banlieue de Nairobi.

Orphelinat Afrique Kenya

Attention aux arnaques (mise à jour du vendredi 7 juillet 2017) : un post que j’ai récemment publié sur Facebook, que je partage ci-dessous, m’a donné envie d’actualiser cet article, écrit voilà cinq ans. Les faux orphelinats et « pseudo-missions » humanitaires sont légion et de plus en plus de touristes se font avoir. À vouloir promouvoir un « autre tourisme », « alternatif », à vouloir tourner le dos au tourisme de masse pour un contact plus « vrai » avec les locaux, beaucoup tombent dans les pièges conçus pour eux. Je connaissais déjà le cas du tourisme des bidonvilles, une sorte de zoo humain proposé par des agences et consistant à promener des gugusses dans des quartiers de misère. Mais le cas des orphelinats bidons est plus pernicieux. Car il ne joue pas du ressort du voyeurisme, mais trompe des gens dont l’intention est réellement bienveillante et altruiste, et qui pensent venir en aide à des personnes en détresse. Mais le business n’est pas tenu à la moralité et il existe des agences qui tirent profit en abusant de l’élan sincère de charité en lui fournissant un support artificiel. Des agences qui paient à de « faux orphelins » pour jouer la comédie dans de faux orphelinats… Moi qui ai vécu une expérience d’enseignant dans un orphelinat kényan, j’ai été révolté de découvrir que certains touristes paient autour de 1500 euros pour une expérience de « volontourisme » où la « solidarité » bénéficie jusqu’à 40% à l’agence organisatrice (contre 2 à 3% dans le tourisme classique). Vous êtes des milliers de lecteurs à lire ce billet chaque année. Sûrement êtes-vous à la recherche d’une expérience comme celle-ci dans un orphelinat, au Kenya ou ailleurs. Renseignez-vous correctement sur l’orphelinat dans lequel vous allez vous rendre, comme je l’ai fait pour le Lynsi Love.

"Tourisme humanitaire", "volontourisme" et escroqueries…

Je suis tombé par hasard sur un très bon reportage diffusé…

Publié par Kalagan sur mercredi 17 mai 2017

Comment ai-je trouvé cet orphelinat africain ?

Avant de partir au Kenya, et pour mon deuxième long voyage en Afrique, je voulais impérativement m’impliquer socialement : participer à un projet d’éducation, un prohet humanitaire ou écologique ou participer à une mission dans une ONG. J’avias réellement envie de donner du sens à mon voyage.

Dans le cadre de mes projets d’enseignement de blogging et de journalisme en ligne, je voulais mettre un premier pas en classe avec des élèves. Je me suis donc rendu sur le site internet de Workaway, une plateforme de mise en relation entre voyageurs et responsables de projet de volontariats. J’y ai alors cherché une mission au Kenya.

Le volontariat est un bon moyen de réaliser des séjours linguistiques et de se sentir utile à l’étranger. Je voulais aussi être en ville : la banlieue de Nairobi était parfaite pour cette nouvelle expérience.

Bingo ! En quelques clics, je trouvais un projet à Kayole, discutais par email avec Peter, le directeur de l’orphelinat. Au bout d’une longue conversation par email, nous fixions les modalités de la mission et confirmions les dates.

Travaillez sur internet en voyageant

Je vous envoie GRATUITEMENT les meilleurs articles, le podcast et toutes les ressources pour travailler sur internet tout en voyageant... Et vous continuez votre lecture, sans rechargement de la page.

Travail contre logement et nourriture :

Pendant un moi,s je fus hébergé chez la famille de Peter, le directeur de l’orphelinat. Son appartement se trouve au Donholm, à environ 10 minutes en bus de l’orphelinat de Patanisho, subtown de Kayole, un des quartiers de la banlieue de Nairobi. Je participais au frais pour les repas du matin et du soir et pour les commodités de l’appartement (douche, electricité, …), à hauteur de $1 USD par jour. Je travaillais du mardi au vendredi à l’orphelinat et sans aucun horaire, sur le blog de Lynsi Love pour trouver d’autres volontaires. Le week-end, je revenais dans le centre de Nairobi ou partais en expédition aux lacs Naivasha ou Magadi par exemple.

bus-kayole

Voici le bus que je prenais pour aller à l'orphelinat

Une superbe ambiance dans un orphelinat très rustique

L’aspect de l’orphelinat surprend dès la première visite. Il est construit à la main, en tôles de ferrailles et le sol n’a aucun revêtement. On y trouve 2 bureaux, 3 classes, une cuisine et une chambre. Parmi les 60 élèves pour la plupart orphelins (certains sont monoparentaux ou juste très pauvres), 6 filles vivent sur place.

Je fus accueilli comme un prince, avec une cérémonie, des chansons, une mini pièce de théâtre, un poème en français, un Fanta, … Peter a même prononcé le mot « Miracle » ! Un accueil très émouvant, terminé d’un discours bafouillé en anglais, se limitant à quelques blagues pour détendre l’atmosphère. Les élèves portent tous l’uniforme. Ils sont très souriants et fort studieux. C’est eux qui me demandaient des devoirs.

Franchement, RIEN à voir avec une classe française. Dans cet orphelinat, les élèves ont une réelle soif d’apprendre et ont beaucoup de respect envers les professeurs, qui transmettent le Savoir. Il y a une vrai culture du livre, qui suit les élèves jusqu’à chez eux. Compte tenu de mon niveau en anglais, le premier cours fût un peu difficile. Et petit à petit, les suivants furent de plus en plus agréables. Le vocabulaire de classe et celui des mathématiques est facile à acquérir et en quelques heures, j’étais à l’aise avec mes élèves, je les faisais participer au cours, leur apprenais des mots en français, nous rigolions à mes blagues… Cette expérience fût vraiment un plus inestimable dans mon voyage !

equipe lynsi love

Le staff de Lynsi Love

ckasse oprhelinat kenya

Ma classe, équivalent 3ème

1 mois plus tard, nous organisions une petite fête pour mon départ, accompagnée d’une remise de « diplôme » pour mon intervention. Avec l’équivalent de 10 euros, nous mangions tous ensemble des beans, des chapatis et des épinards. C’était la fin des examens trimestriels.

Tous mes élèves ont eu la moyenne à leur examen de mathématiques et pour chaque classe, des cadeaux furent offerts aux meilleurs élèves. Quelques adolescents congolais prirent les djembés et Marcy, une orpheline qui vivait avec nous chez le directeur, organisa une danse africaine avec ses amis, à laquelle je participai sous les fous rire de la foule. Je quittai alors l’orphelinat avec une boule au ventre et dis mes adieux à tous les élèves et à tout le staff. Ce jour fut exceptionnel car Peter nous annonça que de nouveaux volontaires allaient venir d’ici quelques semaines, objectif que je m’étais fixé avant de partir.

diplome professeur kenya

La remise de mon diplôme de professeur volontaire

Participer à un programme de volontariat dans un orphelinat africain est une expérience très enrichissante, que je vous conseille vivement. Bien sûr, je vous invite à contacter celui de Kayole et à recueillir plus d’information sur leur blog.

Et si vous voyagez dans un autre pays, vous trouverez votre bonheur sur des sites internet comme Helpx ou Workaway. Et n’oubliez-pas de rentrer directeemtn en contact avec une personne sur place.

Vous avez aimé cet article ?

Notez-le en 1 clic

[Total : 6    Moyenne : 4.3/5]